Cant’al’audace, le monde change

Voici en images le résultat de la mobilisation collective des établissements de l’Enseignement catholique lors de la SEDD, Semaine Européenne du Développement Durable 2018.
Une semaine solidaire et environnementale, au cœur des enjeux du monde, qui a favorisé l’engagement et la prise de responsabilité des jeunes.

Une entreprise au service des oiseaux !

C’est l’idée que les élèves de 3èmes de Notre-Dame des Oliviers ont développée cette année pour leur mini-entreprise «  Cant’oiseaux ». L’aventure a commencé dès la rentrée 2017 lorsque, à la suite d’un brainstorming, les jeunes ont choisi de fabriquer des mangeoires en matériaux recyclés, fidèles aux attentions environnementales du collège.
Ils ont lancé une étude de marché à la Toussaint et présenté un prototype à Noël. Un logo a été dessiné en cours d’arts plastiques. Dans le cadre du Parcours Avenir, les élèves ont ensuite rencontré Bruno Messin, créateur de la Scierie, ressourcerie créative à Neussargues qui est devenu le parrain de l’entreprise et a participé activement aux premiers entretiens d’embauche. Une fois la PDG choisie, les différents postes (financier, commercial, production, marketing, communication) ont été pourvus par des élèves ayant fait parvenir leurs lettres de motivation et passé un entretien. De quoi se sentir pousser des ailes !
Très vite, les précommandes se sont bousculées jusqu’au printemps où la salle de technologie a rassemblé les élèves piaffant d’impatience.
Fin avril, une volée de quelques élèves a pu présenter le projet abouti au Salon académique des Mini-entrepreneurs à la Grande Halle d’Auvergne. Ils n’ont pas eu le temps de bailler aux corneilles, puisqu’ils n’avaient que quelques minutes pour « pitcher » et convaincre le jury. Dans une ambiance conviviale et pleine d’énergie, cette journée a été également un temps de rencontres entre jeunes et professionnels placé sous le signe du partage d’expérience.
Des oiseaux pour réenchanter l’école, quoi de plus efficace ?

On en parle dans ECA : la force de la pensée sur les objets !

Nous l’avions évoqué, l’article vient d’arriver dans vos boites aux lettres si vous êtes abonnés à ECA (Actualité Enseignement Catholique). Sinon, voici les deux pages intérieures qui concernent le projet audacieux et dynamisant du collège Sacré-Cœur à Riom-es-Montagne. Il a été retenu pour la journée nationale de l’innovation organisée à Paris par le Ministère de l’Education Nationale en avril dernier.
Cliquer sur l’image pour lire l’article.

Spring Festiv’, 5ème éco-festival créé par les lycéens de St Vincent-La Présentation

Les 18 et 19 mai prochain aura lieu la 5ème édition de ce festival audacieux créé par les jeunes de terminale bac pro SAPAT, dans une culture de l’engagement et de la responsabilité comme on l’aime dans l’Enseignement catholique du Cantal.  Pleinement inscrits dans le cadre du cursus scolaire des jeunes, ces deux jours de fête printanière s’ouvrent aux enjeux et défis actuels : animer le territoire en tant que partenaires et sensibiliser à l’écologie. Composée à 92% de jeunes de moins de 20 ans, l’association Spring’festif organise, communique, programme et met en scène sept groupes d’artistes professionnels pour les deux soirées de concert et une vingtaine de jeunes talents, en association avec les artisans locaux !
La volonté de ces lycéens d’entrer dans une démarche solidaire locale ne s’arrête pas là, puisque c’est en partenariat avec des adultes en situation de handicap de l’ESAT qu’ils construisent le mobilier des journées et que la langue des signes traduit une partie de la représentation ! Une culture étrangère est aussi à l’honneur chaque année.
Les objectifs environnementaux sont au rendez-vous avec des expositions en partenariat avec le SYTEC (syndicat des territoires), l’utilisation d’éco-cups, de matériaux de récupération pour le mobilier, de toilettes sèches cette année…
Depuis sa création, 3000 visiteurs ont rejoint le festival avec une augmentation de 50% par rapport à la première édition. Alors, rendez-vous les 18 et 19 mai au lycée Saint-Vincent/La Présentation, 2 rue Marcelin Boudet à Saint-Flour.
A partir de 5 euros la soirée, gratuit pour les organisateurs de ces dernières années ! (Programmation sur Spring Festiv’)

 

Bel élan de solidarité au collège Sainte-Flore à Maurs

C’est un nouvel exemple réussi du réenchantement de l’école de l’Enseignement catholique du Cantal que viennent de vivre les délégués de classe du Collège Sainte-Flore à Maurs. Juste avant les vacances de printemps, ils ont remis au Secours Catholique les fruits d’une collecte organisée auprès de leurs camarades. Ayant réuni de nombreux jeux, livres et vêtements pour enfants, les collégiens ont voulu marquer leur solidarité envers les plus démunis et construire une nouvelle étape de leur Parcours Citoyen.
Les bénévoles du Secours catholique les ont reçu autour d’un goûter pour les remercier de leur engagement solidaire, et les délégués sont repartis repus et chargés d’œufs en chocolat à partager à leurs camarades !
A leur tour, les élèves auront à cœur d’accueillir les bénévoles lors des portes ouvertes du collège le 2 juin ; elles montreront comment l’école peut être lieu d’apprentissage, d’expérience et d’exemplarité pour les jeunes. 

Faire des sciences, c’est passionnant.

Tel était le thème 2018 de la semaine des APEL proposant de faire découvrir la démarche scientifique de manière attractive et ludique.
A l’école Notre-Dame à Mauriac, les activités proposées ont été variées : observations, découvertes, montages, essais, expériences… Après avoir d’abord accueilli une poule, les maternelles ont expérimenté les saveurs gustatives et le sens de l’ouïe et du toucher. Les classes primaires se sont essayé aux circuits électriques simples, à la confection d’un téléphone à boites, aux états de l’eau, ils ont même pu découvrir les premières notions d’astronomie ou d’illusions d’optique. La semaine s’est clôturée par un goûter de l’APEL.
Du côté du collège Gerbert à Aurillac, les élèves de 4èmes ont échangé avec des professionnels des métiers de la science lors d’ateliers de 30 minutes par groupes de dix. Ils ont pu ainsi découvrir différents milieux professionnels : cosmétiques/savonneries, Météo France, Fédération de pêche du Cantal, laboratoire… Chaque intervenant a présenté son parcours d’études, son métier et l’utilité de la science dans son quotidien ; autant de perspectives pour l’avenir des jeunes dans leur territoire. Les autres niveaux du collège ont bénéficié de sorties pédagogiques également organisées par l’APEL concernant le circuit de l’eau et le fonctionnement d’un barrage.
Merci à tous les parents d’élèves qui se sont investis pour faire découvrir les sciences  autrement.

Un an ou quelques jours en France

Vivre l’expérience du système scolaire français de l’intérieur, c’est la proposition qui est faite par le lycée St Vincent – La Présentation depuis quelques années à de jeunes Tchèques, Slovaques, Polonais ou Allemands. Mis en place initialement avec l’Institut français de Prague, le partenariat s’est étendu à d’autres lycées européens et permet à des jeunes de vivre la rencontre de manière intense. Parmi eux, certains arrivent sans vraiment parler notre langue et c’est un véritable défi linguistique, culturel et social qui s’ouvre à eux. Le lycée de Saint-Flour les accueille dans leurs classes d’âge avec quelques heures spécifiques FLE (Français Langue Etrangère). Leur détermination à progresser est telle que ceux qui restent en séjour pluri-annuel poussent même la porte du bac tandis que d’autres doublent leur scolarité avec celle de leur pays d’origine en parallèle ! *
L’audace de cette expérience est aussi pour les professeurs et leurs camarades qui bousculent à cette occasion leurs repères scolaires… culturels : codes de couleurs de stylo, tailles des lignes de cahier, usage du brouillon, écriture cursive ou pose des opérations, rapport à l’enseignant ou vouvoiement, autant d’habitudes qui ne sont pas « pour tout le monde » en réalité.
Cécile Touzin, professeure et responsable du projet, organise chaque année l’accueil d’une quinzaine de jeunes étrangers scolarisés et hébergés par l’établissement. Cette ouverture a par ailleurs été remarquée par la DARIEC (Délégation académique aux relations européennes et internationales et à la coopération) qui en a fait l’objet d’un article.
La découverte des pays étrangers est aussi proposée pour les élèves cantaliens du lycée. La politique d’ouverture internationale originale et audacieuse choisi par le lycée sanflorain donne sans conteste confiance à chacun en offrant l’opportunité de mieux construire et connaitre son identité personnelle et sociale.

  • Pour les statistiques, les jeunes étrangers entrant en seconde sans passer le bac feront partie des facteurs de baisse des indicateurs du lycée pour le taux d’accès aux épreuves finales, alors qu’ils auront offert l’expérience de l’altérité à toute la communauté éducative… Or, l’épanouissement personnel des jeunes compte tout autant que leurs capacités à apprendre comme le démontre merveilleusement bien cette expérience d’audace pour réenchanter l’école.

Agir pour un bon climat scolaire

C’était le thème de la dernière journée institutionnelle de l’Enseignement catholique d’Auvergne où nombre d’enseignants cantaliens se sont rendus : Une saine gouvernance pour construire la paix et favoriser une vraie réussite scolaire des jeunes. Parmi les piliers d’une action efficiente se trouve la prévention des violences et du harcèlement.  Quatre élèves de terminales du lycée Gerbert n’avaient pas attendu cette journée pour agir auprès des CM de l’école Externat de l’Enfant Jésus à Aurillac. D’abord par un questionnaire puis par des vidéos, ils sont venus sensibiliser les écoliers au risque du harcèlement. Selon leur projet défini avec l’une de leur professeure et l’intervenante de la PMI, les lycéens ont proposé aux CM de réaliser par petits groupes des affiches qu’ils présenteraient à leur tour à l’ensemble des élèves lors du cercle d’accueil. Ce travail collaboratif et inter-classes sur un sujet sensible illustre parfaitement le ré-enchantement de l’école souhaité par l’enseignement catholique du Cantal au travers duquel les jeunes sont impliqués dans des projets porteurs de sens et d’engagement.

Qu’est-ce qu’on mange au Sacré-Coeur de Riom-es-Montagne ?

Avant de passer à la table du collège Sacré-Coeur à Riom, les élèves volontaires peuvent participer aux commissions cantine sur la pause méridienne. C’est un moment convivial pendant lequel ils apprennent les bases du « bien manger » et élaborent des menus gourmands, équilibrés et répondant à leur envie.
Ainsi, début février, les sixièmes ont imaginé la semaine gourmande. Cela a commencé par l’opération petit-déjeuner. Les élèves ont travaillé sur la réalisation de ces repas équilibrés et confectionnés uniquement à partir de produits de saison, issus de l’agriculture biologique et/ou locaux (Riom-ès-Montagnes et alentours). Ils ont appris à lire des étiquettes et à être des consommateurs plus avertis. En anglais ils ont travaillé sur l’« english breakfast ». Ils ont ensuite présenté fièrement leurs travaux à tous leurs camarades et les ont invités à un « grand petit déjeuner » très convivial et riche en saveurs ! La seule consigne : on goûte à tous les plats et on se régale ! La semaine s’est poursuivie avec un menu Auvergnat et son aligot maison, un grand classique très apprécié des élèves. Et pour terminer, lors de la Chandeleur, les demi-pensionnaires ont eu la joie de découvrir au réfectoire un bar à crêpes qui a permis à chacun de composer sa crêpe sur mesure, en choisissant parmi une multitude de douceurs sucrées. La consigne cette fois était de toujours placer des fruits dans sa crêpe, car comme le résument très bien les élèves de 6° : « Le but de la commission cantine, c’est d’apprendre à manger équilibré mais aussi à se faire plaisir »!
Dans la bonne humeur et avec le même mot d’ordre « offrir des produits frais et de qualité aux enfants » producteurs locaux et parents se sont associés à ces différentes opérations et participent de plus en plus régulièrement à l’offre de produits riomois sur la cantine. Depuis 2 ans maintenant, le pourcentage de produits locaux, cuisinés traditionnellement a largement augmenté, ce dont se félicite Mickael Bourion, 
directeur de l’établissement : « Notre ville fourmille de producteurs et d’artisans engagés dans des filières de qualité, il serait dommage de pas en faire profiter nos élèves ».
Encore une belle manière d’avoir de l‘audace pour réenchanter l’école sur cet objectif environnemental et solidaire avec les producteurs locaux.

Ils l’ont dit à la radio

Retour sur SG Radio avec les élèves du lycée Saint Géraud à Aurillac qui ont réalisé de nouvelles émissions.
L’une d’entre elles présente le projet Eramus + qui a permis depuis 2010 une soixantaine de départs comme le précise Olivier Anthony, directeur adjoint : l’Europe comme idéal de vie commune, sans uniformisation culturelle ou linguistique, mais comme une chance d’ouverture à l’international.
Dans l’euphorie des préparatifs des portes ouvertes, des professeurs et quelques élèves ont été également interrogés de leurs côtés. Si vous n’avez pu vous y rendre aujourd’hui, retrouvez le témoignage de Marie-Madeleine Dulac, chef d’établissement, et les projets créatifs des jeunes : la sérigraphie dont sont passés maitres les élèves de Frédéric Le Falher, le futur-o-textile, ce projet d’habillage de bus qui sera exposé en juillet 2018, ou même le front de libération des nains de jardin avec le professeur Bruno Verger !
A entendre ici.