Suite Microsoft Office 2019 pour les enseignants

clemordiComme en 2016, le personnel enseignant bénéficie d’un tarif intéressant pour la suite Office Microsoft : la version 2019 est à 16,74 euros TTC cette année. Elle reprend les fonctionnalités déjà déployées sur Office 365 avec les nouvelles versions de Word, Excel, PowerPoint, Outlook, OneNote,  Access, Publisher. Pour retrouver la liste des nouvelles fonctionnalité d’Office 2019, lire la FAQ du site Microsoft. Les étudiants ne sont pas éligibles à cette offre.

Bénéficier de cette offre :

  • Aller sur le site de vente en ligne ICI
  • Remplir le champ par « Education nationale »
  • Choisir son académie
  • Entrer l’identifiant et le mot de passe académique (celui d’Iprof, Iprofessionnel,..)
  • Créer ou utiliser son compte Microsoft « OnetheHub » (MAC ou PC), accepter la licence
  • Choisir le pack Office Professional Plus 2019 (French)
    Procéder au paiement en ligne pour 13,95 € (16,74 TTC) et télécharger.

Astuces : au moment d’indiquer la signature, il faut taper 2 fois les noms et prénoms qui apparaissent tout en bas de page.
A l’installation, vous aurez besoin du numéro de licence (clé) qui est dans votre compte Microsoft « OneTheHub » en ligne créé plus tôt.
Imprimer et conserver le récapitulatif affiché à l’écran qui contient la clef d’activation de votre version d’Office. En cas de réinstallation, cette clé vous sera demandée. Conserver aussi le fichier d’installation (2 Mo).

Autres offres : Office365 (version en ligne d’Office) est gratuit pour les enseignants. ICI
Compléments d’internautes connectés (et réactifs) : Gsuite éducation est également gratuit, tout comme LibreOffice également. A choisir selon le besoin de services collaboratifs en ligne ou de logiciels installés sur les équipements. Voir également Collabora cad libre office en ligne et NextCloud pour comparer…

Des sciences au service de l’homme, à Riom-es-Montagne

On en parlait il y a tout juste un an : les collégiens du Sacré-Cœur de Riom-es-Montagnes mettent les neurosciences à profit pour mieux comprendre le fonctionnement de leurs cerveaux et imaginer un futur solidaire. Rien que cela !
Par le biais de l’un des parcours proposés, celui de « Sciences + », des élèves de la 6ème à la 3ème découvrent les stratégies pour mieux apprendre dans un esprit très ludique mais aussi scientifique. L’idée initiale était de promouvoir le gout des études accessibles à tous, mais l’ambition s’est très vite dévoilée plus audacieuse et, aujourd’hui, il s’agit de concevoir le pilotage d’un fauteuil roulant par la pensée. Pour cela, les jeunes sont soutenus par le Docteur Thévin, diplômée en sciences cognitives appliquées et docteur en informatique de l’Université Grenoble Alpes. L’an dernier, les élèves avaient réussi le pari de commander des objets via un casque EEG (électro-encéphalogramme). Cette année, ils construisent la main robotisée qui pourra guider le fauteuil.
Après les honneurs des médias régionaux découvrant en mars 2017 l’enthousiaste des élèves pour leur projet, c’est au tour d’une journaliste d’ECA (Enseignement Catholique Actualité) de venir constater que les élèves peuvent maintenant diriger mentalement un « doigt » réalisé par leur imprimante 3D.
La notoriété du projet ne s’arrête plus : les jeunes scientifiques viennent d’être sélectionnés parmi six-cents équipes pour participer à la huitième édition de la journée de l’innovation organisée par le Ministère de l’Education nationale le 4 avril prochain. Trente établissements valoriseront ainsi leurs capacités d’investigation et d’innovation dans le système éducatif. La collaboration avec la recherche et le travail en partenariat avec les infrastructures médicales locales pour faire vivre la culture scientifique et technologique ont fait la différence parmi tous ces projets. Mais le vrai bonus du parcours « Sciences + » c’est sans doute la mobilisation des jeunes pour ces apprentissages scientifiques dynamisants, déjà mis en perspective pour le service de l’humain. Un bel exemple d’audace pour réenchanter l’école qui valorise les engagements solidaires des jeunes selon le choix des orientations diocésaines.

Jeunes et réseaux sociaux : des vidéos pour les parents et les autres…

Internet Sans Crainte a collaboré avec l’équipe éditoriale de Bien vivre le digital du groupe Orange afin de proposer aux parents une série de 5 vidéos pédagogiques sur des thèmes qui les préoccupent. Comment adopter les bons comportements sur les réseaux sociaux ; infobésité et intox sur le web, comment s’y retrouver ? Autant de questions auxquelles l’équipe d’Internet Sans Crainte essaie d’apporter quelques éléments de réponses.

Annotation, bavardage ou racontar : le commentaire.

Donner la possibilité d’écrire un commentaire ou ne pas la laisser ? C’est souvent la question que se posent les équipes qui mettent en place un site ou un blog pour leurs établissements.
De quoi a-t-on peur en général ? d’une affluence de commentaires à modérer, de discours inadaptés, de spams ou d’une discussion sans fin à gérer… Et c’est vrai que c’est ce qui nous gène parfois sur les sites de partage d’enseignants généreux ou sur certains réseaux sociaux.
Le blog d’une école, surtout si des élèves y produisent des articles, s’inscrit généralement dans une autre logique. Ouvrir la possibilité d’écrire un commentaire, c’est ouvrir une nouvelle porte à son établissement : un parent approuve un projet, un proche félicite pour une initiative, un élève dit « qu’il aime », un autre pose une question (attention, les erreurs d’orthographe ! Mais bonne idée, on en reparlera demain en classe). Le commentaire est, pour tous ceux qui ont passé le pas, une belle occasion de partager un enthousiasme.
D’autant qu’il y a aussi parmi les commentaires, le contact inattendu qui donne le sourire à tous : un ancien élève qui passe par-là, un enseignant d’une autre école qui demande la fiche d’exploitation d’un sujet… et même l’auteur jeunesse d’un livre que l’on a étudié qui prend contact (si, si, c’est arrivé plusieurs fois dans une école du Cantal !)
Faut-il cependant définir un cadre ? Oui, bien sûr, et l’annoncer sur son site : « Les commentaires sont les bienvenus et font la joie des enfants/jeunes… Cependant les enseignants se réservent le droit de supprimer tout commentaire inadapté. »
C’est ainsi l’occasion de prendre conscience des enjeux citoyens de l’usage de l’informatique (B2I). Il existe d’ailleurs un label, soutenu par le ministère de l’Education Nationale, que l’on peut afficher sur son espace Web. Il fait référence à une charte dans l’optique d’une prévention au harcèlement par les jeunes sur internet. http://www.respectzone.org/fr/

Pas de hic aux TIC !

clemordiInitier les jeunes aux bases de l’éducation au numérique en parlant vie privée, cyberharcèlement, big data, moteur de recherche ou publicité comportementale, voilà un vrai défi pour l’école. La journée phare du Safer Internet Day, une journée destinée à éduquer aux risques d’internet, a été appelée Pas de hic aux TIC à l’école Saint André à Massiac pour les CE/CM. Sur le site http://www.internetsanscrainte.fr/ tout est déjà construit. Les élèves ont donc passé une évaluation diagnostique individuelle sous forme de quizz à partir duquel 3 groupes ont été définis. Pour chacun d’eux, deux thèmes ont été retenus parmi ceux proposés avec vidéos et défis au choix, vocabulaire et conseils. De quoi lancer le débat et expliciter certaines limites au formidable outil qu’est internet. Le parcours se termine par un test en ligne à faire à la maison avec ses parents.

A noter que le site propose des pistes pour tous les âges :
7-12 ans : Découvrir les parcours numériques Vinz et Lou
7-12 ans : Initier les enfants aux bases de l’éducation au numérique
9-14 ans : Comprendre le pouvoir des données à l’heure du big data
Parents : Agir face aux nouvelles formes de harcèlement
12-17 : Education critique aux médias par serious game, tests…

A vos clics !

Vues sur sites…

Cette année scolaire, de nouvelles pages web ont vu le jour pour nos établissements permettant ainsi la poursuite des efforts engagés sur la communication, comme le recommandent les nouvelles priorités du projet diocésain.
Certains établissements ont choisi une page Facebook, Notre Dame des Oliviers à Neussargues a débuté un blog auquel les élèves sont associés lors d’un atelier. https://collegendo.wordpress.com/
Le collège et lycée Gerbert à Aurillac a également sauté le pas. Un blog, en plus de son site, témoigne des nombreuses propositions offertes aux élèves. http://gerbert.eklablog.com/
D’autres établissements mettront sans doute à profit les vacances (!) pour se mettre en réseau avec les élèves et parents, et manifester leurs dynamismes.

Faites le mur avec nous !

Si vous avez pu participer aujourd’hui à cette belle journée d’officialisation du nouveau projet diocésain, vous avez peut-être collé votre post-it. Si vous n’aviez pas eu le temps, de le faire, il est encore possible pour quelques jours de nous partager vos convictions ou votre enthousiasme ! Le mode d’emploi est simple comme un petit papier autocollant…
 jd15

Les films de l’OPER

OPERL’observatoire pédagogique et éducatif régional (OPER) est une instance témoin de ce que vivent les établissements à travers l’œil de la caméra.
Vous pouvez découvrir le récapitulatif des films réalisés par Philippe Dechavanne ces dernières années à la rubrique espace-des-personnels/enseignants/outillage-pedagogique .
Les liens vous permettront ainsi de visualiser les parcours d’orientation de nombreux élèves dont ceux de collégiens en classe à Gerbert (Aurillac), ou celui de Stephen qui était déscolarisé avant de saisir la chance d’une enseignante lors d’une porte ouverte. Peut-être serez-vous touchés par le témoignage de ces jeunes d’un lycée professionnel clermontois dont l’investissement a été valorisé à travers un projet humanitaire. Un enseignant de mathématiques, quant à lui, vous expliquera comment il fait vivre sa classe inversée à Mauriac. Il faudra aussi découvrir le lycée expérimental du sacré-Cœur à Yssingeaux, les classes UPI pour autistes à Riom (63), ou le numérique dans les classes de Chamalières (63)… Et au fait, l’enseignement libre, c’est catholique pour vous ? Réponse en micro-trottoir.

Mur virtuel d’expression pour le 28 mai

lino itEt si on décidait d’ « optimiser les usages du numérique » (cf nouveau projet diocésain) ensemble et en direct le 28 mai ? C’est ce que l’on vous proposera durant la journée par cet outil en ligne qui permet de bâtir un mur virtuel et collaboratif sans avoir besoin de s’enregistrer. Il remplace avantageusement le tableau de liège ou le mur d’expression tout en en ayant ses propriétés.
Par ce lien court http://liencs.fr/jd15 (comme journée diocésaine15) vous pouvez déjà aller voir comment ça marche.
Le mode d’emploi est très simple, on prend un post-it de couleur en haut à droite, on écrit et on « post ». Pour ne pas le publier, il suffit de cliquer sur « Cancel » ou « peel off » après publication. Il est aussi possible d’ajouter une photo. La page sera visible directement sur le site ec15cantal.com par la suite.

– Et si je n’ai pas internet dans la salle le jour jd15, ou que mon téléphone portable est uniquement « une cabine téléphonique », ou que je préfère le crayon pour dessiner ?
– Pas de soucis, on y a pensé. Il vous sera aussi fourni un post-it de facture traditionnelle (papier) et vous pourrez le déposer sur un mur en dur. Les post-it papier seront numérisés dans la journée (… ou le lendemain !)

Dans tous les cas, nous pourrons partager une conviction, une phrase entendue, une question en direct… Bref, nous exprimer !