Le CoDiEC nouveau est arrivé !

Prolongé d’un an pour accompagner le changement de directeur, le Comité diocésain de l’Enseignement catholique du Cantal vient de nommer ses nouveaux membres ce mois-ci. Il s’agit d’une instance représentative qui se réunit trois fois par an au complet, et 5 fois environ pour la Commission Exécutive qui en est issue.
Les compte-rendus de réunion ne sont communiqués qu’aux membres, mais vous pouvez demander, via votre représentant, à les connaitre ou à faire apparaitre un point à l’ordre du jour qui vous semblerait important.
La liste des membres est en ligne sur ce site ainsi que le calendrier de l’année.

Qu’est-ce qu’on mange au Sacré-Coeur de Riom-es-Montagne ?

Avant de passer à la table du collège Sacré-Coeur à Riom, les élèves volontaires peuvent participer aux commissions cantine sur la pause méridienne. C’est un moment convivial pendant lequel ils apprennent les bases du « bien manger » et élaborent des menus gourmands, équilibrés et répondant à leur envie.
Ainsi, début février, les sixièmes ont imaginé la semaine gourmande. Cela a commencé par l’opération petit-déjeuner. Les élèves ont travaillé sur la réalisation de ces repas équilibrés et confectionnés uniquement à partir de produits de saison, issus de l’agriculture biologique et/ou locaux (Riom-ès-Montagnes et alentours). Ils ont appris à lire des étiquettes et à être des consommateurs plus avertis. En anglais ils ont travaillé sur l’« english breakfast ». Ils ont ensuite présenté fièrement leurs travaux à tous leurs camarades et les ont invités à un « grand petit déjeuner » très convivial et riche en saveurs ! La seule consigne : on goûte à tous les plats et on se régale ! La semaine s’est poursuivie avec un menu Auvergnat et son aligot maison, un grand classique très apprécié des élèves. Et pour terminer, lors de la Chandeleur, les demi-pensionnaires ont eu la joie de découvrir au réfectoire un bar à crêpes qui a permis à chacun de composer sa crêpe sur mesure, en choisissant parmi une multitude de douceurs sucrées. La consigne cette fois était de toujours placer des fruits dans sa crêpe, car comme le résument très bien les élèves de 6° : « Le but de la commission cantine, c’est d’apprendre à manger équilibré mais aussi à se faire plaisir »!
Dans la bonne humeur et avec le même mot d’ordre « offrir des produits frais et de qualité aux enfants » producteurs locaux et parents se sont associés à ces différentes opérations et participent de plus en plus régulièrement à l’offre de produits riomois sur la cantine. Depuis 2 ans maintenant, le pourcentage de produits locaux, cuisinés traditionnellement a largement augmenté, ce dont se félicite Mickael Bourion, 
directeur de l’établissement : « Notre ville fourmille de producteurs et d’artisans engagés dans des filières de qualité, il serait dommage de pas en faire profiter nos élèves ».
Encore une belle manière d’avoir de l‘audace pour réenchanter l’école sur cet objectif environnemental et solidaire avec les producteurs locaux.

Des relations en santé, dans un cadre réenchanté

La suite de nos journées auvergnates autour de la relation se construit. De nouveaux rendez-vous sont prévus en 2017/2018 par les DDEC d’Auvergne en lien avec le groupe EUDES. Ils s’inscrivent  parfaitement dans les projets diocésains et l’orientation nationale de « réenchantement ».

Quelques informations complémentaires dès à présent, si vous avez déjà les orteils dans le sable, ce sera pour plus tard…

  • 27 septembre Enjeux et défis de l’accueil des enfants musulmans en école catholique (journée portée par la Haute-Loire) animée par Michel Younes (Université catholique de Lyon). CDP Clermont-Ferrand.
  • 6 décembre Vivre la bienveillance dans nos établissements (journée portée par le Cantal). Lycée agricole du Breuil sur Couze (sud d’Issoire le long de l’A75). L’objectif étant de faire découvrir ou approfondir les mécanismes de la Communication Non Violente et de la médiation par les pairs à la lumière des neurosciences. En plénière : François Cribier, chargé de mission éducation à la relation DDEC Blois ; Monique Ferrerons, animatrice Génération Médiateur. En ateliers (2 dans la journée) : CNV, Médiation, partage d’expériences, relecture de pratique, neurosciences, évaluation positive…
  • 28 mars Une saine gouvernance pour construire la paix et favoriser une vraie réussite scolaire (portée par le Puy de Dôme). CDP Clermont Fd. Il sera question de climat scolaire, relation, sentiment de sécurité, décrochage, sanctions, justice scolaire, coresponsabilisation… En plénière : Benjamin Moignard (à lire). En ateliers au choix : ennéagramme, estime de soi, marché des connaissances, pleine conscience, cercles restauratifs, EARS…

Des journées ouvertes à toute la communauté éducative des établissements.

Une journée enthousiasmante autour du thème de la relation

Un peu plus de cent-vingt personnes, dont une vingtaine du Cantal, étaient réunies à Clermont-Ferrand le 29 mars pour cette première journée inter-diocésaine sur le thème de l’éducation à la relation. Cette rencontre, ouverte à toutes les communautés éducatives, a été un temps fort, avec le matin des intervenants divers et de haute qualité en plénière, et l’après-midi douze ateliers au choix. Pour les Chefs d’Etablissement cantaliens, la rencontre avec Jérôme Brunet, actuellement adjoint au SGEC, n’était pas une première puisqu’il était déjà venu témoigner du projet diocésain de Blois « Vers l’école de la relation« , où il était directeur diocésain. La dynamique de ce projet éducatif a reçu un bel écho en table ronde nous invitant à vivre en vérité avec les jeunes et les adultes, à donner une âme à nos institutions elles-mêmes -en cohérence avec l’Evangile- mais aussi à nous former à la complexité de la relation.
Les propositions de temps de relaxation à l’école ou de débats-philo, l’identification des émotions, la mise en place de médiateurs par élections sans candidat, de délégués de classe par élections démocratiques, ou encore la sensibilisation à la communication non violente… sont déjà des pratiques permettant le développement de compétences psycho-sociales dans certains de nos établissements. Elles ne demandent qu’à prendre de l’ampleur dans un engagement collectif.
Cette journée aura sans doute été l’occasion d’explorer de nouvelles manières de faire vivre notre projet diocésain.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des impressions des participants en images et en textes ici.