Newsletter nationale n°15

Ecouter pour bien s’entendre, tel est sans doute le lien entre tous ses articles :
mises en place d’équipes ressources locales du ré-enchantement pour écouter les murmures pédagogiques qui bruissent dans les diocèses, témoignage d’une proposition à tendre l’oreille pour oser le bonheur,  projet solidaire en établissement pour ré-écouter battre le cœur d’un jeune garçon, polyphonie découverte en lycée industriel pour vivre à l’unisson, ou encore rendez-vous annuel d’une communauté éducative bien décidée à s’entendre… De quoi être tout-ouïe.

Annotation, bavardage ou racontar : le commentaire.

Donner la possibilité d’écrire un commentaire ou ne pas la laisser ? C’est souvent la question que se posent les équipes qui mettent en place un site ou un blog pour leurs établissements.
De quoi a-t-on peur en général ? d’une affluence de commentaires à modérer, de discours inadaptés, de spams ou d’une discussion sans fin à gérer… Et c’est vrai que c’est ce qui nous gène parfois sur les sites de partage d’enseignants généreux ou sur certains réseaux sociaux.
Le blog d’une école, surtout si des élèves y produisent des articles, s’inscrit généralement dans une autre logique. Ouvrir la possibilité d’écrire un commentaire, c’est ouvrir une nouvelle porte à son établissement : un parent approuve un projet, un proche félicite pour une initiative, un élève dit « qu’il aime », un autre pose une question (attention, les erreurs d’orthographe ! Mais bonne idée, on en reparlera demain en classe). Le commentaire est, pour tous ceux qui ont passé le pas, une belle occasion de partager un enthousiasme.
D’autant qu’il y a aussi parmi les commentaires, le contact inattendu qui donne le sourire à tous : un ancien élève qui passe par-là, un enseignant d’une autre école qui demande la fiche d’exploitation d’un sujet… et même l’auteur jeunesse d’un livre que l’on a étudié qui prend contact (si, si, c’est arrivé plusieurs fois dans une école du Cantal !)
Faut-il cependant définir un cadre ? Oui, bien sûr, et l’annoncer sur son site : « Les commentaires sont les bienvenus et font la joie des enfants/jeunes… Cependant les enseignants se réservent le droit de supprimer tout commentaire inadapté. »
C’est ainsi l’occasion de prendre conscience des enjeux citoyens de l’usage de l’informatique (B2I). Il existe d’ailleurs un label, soutenu par le ministère de l’Education Nationale, que l’on peut afficher sur son espace Web. Il fait référence à une charte dans l’optique d’une prévention au harcèlement par les jeunes sur internet. http://www.respectzone.org/fr/

Une journée enthousiasmante autour du thème de la relation

Un peu plus de cent-vingt personnes, dont une vingtaine du Cantal, étaient réunies à Clermont-Ferrand le 29 mars pour cette première journée inter-diocésaine sur le thème de l’éducation à la relation. Cette rencontre, ouverte à toutes les communautés éducatives, a été un temps fort, avec le matin des intervenants divers et de haute qualité en plénière, et l’après-midi douze ateliers au choix. Pour les Chefs d’Etablissement cantaliens, la rencontre avec Jérôme Brunet, actuellement adjoint au SGEC, n’était pas une première puisqu’il était déjà venu témoigner du projet diocésain de Blois « Vers l’école de la relation« , où il était directeur diocésain. La dynamique de ce projet éducatif a reçu un bel écho en table ronde nous invitant à vivre en vérité avec les jeunes et les adultes, à donner une âme à nos institutions elles-mêmes -en cohérence avec l’Evangile- mais aussi à nous former à la complexité de la relation.
Les propositions de temps de relaxation à l’école ou de débats-philo, l’identification des émotions, la mise en place de médiateurs par élections sans candidat, de délégués de classe par élections démocratiques, ou encore la sensibilisation à la communication non violente… sont déjà des pratiques permettant le développement de compétences psycho-sociales dans certains de nos établissements. Elles ne demandent qu’à prendre de l’ampleur dans un engagement collectif.
Cette journée aura sans doute été l’occasion d’explorer de nouvelles manières de faire vivre notre projet diocésain.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des impressions des participants en images et en textes ici.

Newsletter nationale 14

Quelques sujets à retrouver dans cette édition :
Les étapes et rendez-vous du ré-enchantement jusqu’à février 2019 avec des temps forts pour tout l’EC de France !
Le témoignage d’un chef d’établissement de lycée agricole qui a mis en place des « labs », lieux de création et de réflexion autour du projet commun.
Et aussi une première étape sur la gouvernance réfléchie à Clermont…

Ils passent à la télé !

Pour comprendre en images le projet « piloter un fauteuil roulant par la pensée » dont nous vous avions parlé en mars, l’équipe du Sacré-Coeur de Riom-es-Montagne nous invite à regarder le journal régional de France 3 le lundi 3 avril à 19h. Le reportage a été réalisé lors de  la présentation à tous le 10 mars dernier. Les élèves avaient pu alors faire la démonstration de leurs connaissances sur le fonctionnement cérébral et les applications possibles pour commander mentalement un ventilateur ou une souris via l’ordinateur.
A voir !

Les métiers, ça se découvre

Tel était cette année encore le thème de la Semaine des Apels (Association de Parents d’élèves de l’Enseignement Libre) organisée du 13 au 19 mars dans les établissements de l’Enseignement Catholique pour découvrir la richesse des métiers en donnant confiance en l’avenir.
Dans cette visée, les 4èmes du collège Gerbert à Aurillac ont vécu un après-midi d’échanges avec neuf entreprises locales dont le point commun est l’usage des nouvelles technologies, les nouvelles pratiques de travail, le co-working… Par groupe de quinze, ils ont échangé avec les intervenants pour identifier le contexte de travail, le parcours professionnel et personnel ainsi que les formations liées aux métiers des entreprises aussi diverses qu’un fabricant de couettes et d’oreillers synthétiques ou qu’un laboratoire d’analyses microbiotiques !
A l‘école Notre Dame à Mauriac, ce sont les pompiers que les enfants de toutes les classes de primaire sont allés rencontrer durant la semaine. On se doute de la joie de ce déplacement qui a permis de découvrir la fonction, souvent bénévole, de sapeur-pompier mais aussi d’évoquer les dangers de la maison.
Enfin, c’est avec quelques jours de retard sur la date officielle et profitant du carnaval proposé à la mi Carême que les enfants de l’école Saint André à Massiac ont découvert les métiers de la Santé (thème de l’année de l’établissement). Les parents ou amis infirmiers, aides-soignants, pharmaciens, médecins, pompiers, kinésithérapeutes, ambulanciers, dentistes ou encore opticiens ont joué le jeu de la rencontre lors d’une dizaine d’ateliers de découvertes. Une formidable après-midi qui a permis à chacun de faire partager son quotidien professionnel.

Le thème retenu pour l’année prochaine sera l’expérimentation et les sciences expérimentales. Nul doute que certains établissements ont déjà des idées !

Thomas Pesquet, en direct de l’espace

A l’occasion de La journée mondiale de l’eau, l’Astronaute de l’Agence Spatiale Européenne et Ambassadeur de l’UNICEF est entré dans la classe des CM2 de l’éco-école Externat Enfant Jésus à Aurillac !* Une expérience en direct, partagée avec 230 000 élèves de France du CP à la 3ème par vidéo-conférence interactives, le 20 mars. Les CM2 ont apprécié ce moment d’exception, suspendu dans le temps et l’espace. Ce qu’ils ont retenu :

  • Il y a moins d’eau dans l’espace que sur la Terre.
  • Il ne pleut pas (sauf des météorites).
  • Thomas se lave avec des lingettes et 150 ml d’eau par jour.
  • Les astronautes dorment au plafond, au sol, aux murs. Leur sac de couchage est attaché, ils n’ont pas besoin d’oreiller car leur tête flotte.
  • Ils recyclent leur urine et leur sueur pour boire.
  • Thomas fait 2 heures de sport par jour.
  • L’eau flotte comme un ballon, il nous a fait une démonstration !
  • En une journée il voit 16 couchers de soleil.
  • La Terre vue de l’espace est magnifique, d’un bleu fluorescent.
  • 9 pays dans le monde se partagent la moitié des réserves d’eau de la planète.
  • 9 pays manquent énormément d’eau.
  • Les astronautes réalisent des expériences utiles en médecine et pour comprendre comment préserver notre environnement.

La vidéo de la conférence est ici : http://www.pesquet.equalx.eu/

*et celle des 4èmes du groupe scolaire Gerbert à Aurillac !

Avant… il y a eu l’Avent…

A l’heure du Carême, nous nous permettons un retour en arrière pour partager les résultats du concours de crèches proposer par l’APEL départementale en lien avec le réseau d’animation pastorale. L’enjeu était de donner une place importante à la crèche lors de la fête de Noël dans nos établissements, comme symbole fort d’amour et de fraternité. Les écoles ont pu solliciter l’accompagnement des parents, du personnel OGEC, de la paroisse ou viser un travail plus collaboratif entre élèves. La remise de prix aura lieu à l’occasion du CA délocalisé de l’APEL académique, le 8 avril prochain à l’école Notre Dame à St Flour.

1er prix (100 €)               Ecole Saint Jean Sainte Flore à MAURS
2eme prix (75 €)              Ensemble scolaire Gerbert à AURILLAC le marché de Noël
3eme prix (50 €)              Ecole Notre Dame à SAINT FLOUR

L’opération sera reconduite l’an prochain.

Nouveau Parcours de professionnalisation BEP-ASH : une formation pour préparer le CAPPEI

Le décret N° 2017-169 du 10 février 2017 instituant le CAPPEI (Certificat d’Aptitude Professionnelle aux Pratiques de l’Education Inclusive) et la circulaire prise pour son application nécessitent des ajustements du parcours BEP-ASH.
En effet,  les nouvelles dispositions ​ont des conséquences importantes pour les établissements et les enseignants.
CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI : tous les enseignants sur poste spécialisé devront avoir obtenu la certification en 2018. Compte tenu de cette obligation, la formation visera donc exclusivement la certification et s’adressera aux seuls enseignants non certifiés sur poste spécialisé.
CONSÉQUENCES SUR LA FORMATION : Le cursus de formation en vue de la certification se déroule impérativement sur une seule année scolaire. Le détail du nouveau dispositif de formation sera disponible sur le site fédéral de Formiris et sur notre site territorial Formiris Rhône-Alpes-Auvergne très prochainement. Il comprendra des aménagements pour les personnes déjà engagés sur le parcours 2016-2017.
Tout enseignant désirant s’inscrire à la formation doit demander son dossier d’inscription dès ​maintenant. La campagne d’inscription sera close au 30 avril.​

Retrouver les informations en bas de page dédiée.