Les bonnes pratiques du cartable

Il ne s’agit pas seulement d’en parler mais bien aussi d’agir. Les écoliers de l’école Saint-Joseph à Saint-Martin Valmeroux ont cherché comment protéger notre planète sans rien changer à nos besoins matériels : outils d’écriture durables et rechargeables, intercalaires carton, gourde, cahiers à finir jusqu’au bout… des idées qui serviront lorsqu’il faudra faire le tri de fin d’année pour prévoir la suivante ! Comme eux, soyons conscients et créatifs.

Les CM de St-Joseph à Pleaux découvrent la fresque du climat… comme Monsieur le maire !

Après monsieur le maire, les élèves de CM se sont prêtés au jeu de la découverte des causes et conséquences du dérèglement climatique. Un jeu sérieux -grave même- mais aussi ludique et coopératif, qui a permis à tous de comprendre le lien entre éteindre les lumières quand on en n’a pas besoin et les gaz à effet de serre ou encore lutter contre le gaspillage alimentaire et les réfugiés climatique. Parce que nos gestes et nos modes de vie ont des conséquences proches et lointaines.

La fresque du climat est un jeu de cartes qui rend accessible et compréhensible les données complexes du rapport du GIEC. Monsieur Peyral en avait fait l’expérience à l’occasion d’une fresque du climat pour adultes. Ici, c’est une version plus simple, mais pas moins complexe, qui a été proposée aux enfants. Pour agir, il faut comprendre et quand on sait, leur a dit monsieur le maire, on ne plus fermer les yeux. Si la mairie fait aujourd’hui des choix en ce sens, les élèves ont aussi trouvé des idées d’actions accessibles qui ne rendent pas moins heureux, mais peut-être plus fiers d’agir pour le bien commun et notre maison commune, la Terre.

Sur le diocèse, deux fresques ont aussi été proposées pour les adultes : à Murat puis à Mauriac. Puisque comme nous le dit le pape Le défi environnemental que nous vivons et ses racines humaines nous concernent et nous touchent tous » (Laudato Si’), c’est un défi spirituel et éthique.

La prochaine fresque du climat Junior aura lieu avec les 6èmes du collège Notre-Dame de Miracles à Mauriac.

Puisque… nous, on peut !

Cette année, les enseignants des établissements du Cantal ont pu se former à la démarche de design thinking Moi, je peux, aussi appelée en France Bâtisseurs de possibles.

Théorie et pratique, en visio ou en rencontre, la formation a permis de comprendre la posture de facilitateur dans une démarche où les élèves prennent leurs projets en main.

Conformément à l’invitation de notre pape François envers les jeunes à ne pas rester au balcon de la vie, cette démarche incite les élèves et leurs enseignants à être des acteurs Audacieux.

Une autre manière de le dire, dans une version « ouverture à l’international » :

Célébration pour les élèves du réseau de Saint-Flour avec notre évêque

A l’initiative des chefs d’établissement du réseau, les élèves des écoles de Saint-André à Massiac, Notre-Dame des Oliviers à Murat, Notre-Dame et Saint-Joseph à Saint-Flour, des collèges Notre-Dame des Oliviers à Neussargues en Pinatelle, Saint-Joseph à Saint-Flour et du lycée Saint-Vincent La Présentation à Saint-Flour se sont retrouvés à la cathédrale pour une célébration avec Mgr Noblot.

A la suite de ce temps fort, animé par les jeunes, un pique-nique géant dans la cour du lycée et des danses traditionnelles ont réjoui tout le monde. Bravo pour l’investissement des établissements et rendez-vous l’an prochain !

Solidarité et lutte contre le gaspillage alimentaire

Pour son 16ème label, l’éco-école Saint-André de Massiac a pris le thème de la solidarité comme axe de travail cette année. Les élèves ont ainsi mené à bien un projet qu’ils avaient en tête depuis plusieurs années pour lutter contre le gaspillage et la précarité alimentaires.

Le Placard du cœur a été aménagé par les élèves de toutes les classes et a été installé par la municipalité devant l’école. Chacun peut maintenant déposer et/ou prendre divers produits alimentaires et d’hygiène. Le premier approvisionnement a eu lieu grâce aux actions « bol de riz » et « bol de lentilles » réalisées au sein de l’école et par la paroisse.

A savoir : les deux premiers frigos solidaires d’Auvergne ont été installés à Clermont-Ferrand en 2019 et 2022, mais ce placard est le premier du nom dans la Province !

Temps de recollection pour les chefs d’établissement du Cantal, marchons ensemble.

Les 20 et 21 avril, tous les chefs d’établissement du Cantal ont été invités à vivre une pause spirituelle à La Pomarède. Marche et repas (tels Emmaüs), intervention sur la synodalité, groupes d’échanges, célébration… avec Mgr Didier Noblot et le Père Jean-Paul Rolland, vicaire général, les directeurs ont pu prendre le temps de la relecture de leur mission et trouver l’occasion d’un temps convivial. Dans un contexte encore un peu sous tension dans les établissements, ces deux jours ont été riches de rencontre et de ressourcement.

Monseigneur, vous venez de participer à une récollection des chefs d’établissement des écoles catholiques du Cantal, était-ce une première ?

Aux dires des acteurs de l’école catholique dans le Cantal, oui c’était une première. Lors de mon premier échange avec monsieur Didier Ferry, directeur interdiocésain, j’ai émis l’idée d’une telle proposition : une récollection. L’idée s’est vite concrétisée. Ainsi l’ensemble des chefs d’établissement avec l’évêque, le vicaire général et l’équipe diocésaine s’est retrouvé deux jours à la Pomarède.

Quel fut le programme ?

Convivialité, connaissance mutuelle, respiration spirituelle, enseignement et célébration. Cinq dimensions déployées dans une ambiance très fraternelle. En nous faisant contempler les vitraux de la chapelle, l’accueil du père Henri Caldélari a très vite donné ce ton à la rencontre.

Quel bilan faites-vous de ces deux jours ?

Je suis très touché par l’engagement, la disponibilité et la compétence des chefs d’établissement. Les familles qui confient leurs enfants à nos établissements ont de la chance d’avoir des hommes et des femmes qui animent avec foi et passion les communautés éducatives des établissements. La prière partagée et les échanges nourrissent les liens entre les établissements et la vie du diocèse. Rendez-vous est pris pour une prochaine récollection en 2023.

Parole à l’antenne : nos écoles témoignent

Tous les mercredis matins, un établissement scolaire de l’Enseignement catholique d’Auvergne témoigne sur RCF. Retrouvez :

  • l’école Saint-André à Massiac et son projet solidaire, le placard du cœur
  • le lycée Saint-Vincent La Présentation ou l’école Saint-Joseph à Ste-Sigolène et le label Ouverture International
  • l’école Saint-Joseph de Saint-Martin Valmeroux et son projet de solidarité et de pédagogie active
  • L’école Notre-Dame des Oliviers à Murat et le projet éco-école

et bien d’autres encore, c’est ici.

Rencontre de l’Enseignement catholique AURA à Lyon

Lancée depuis 1 an au niveau national, la démarche prospective de l’Enseignement catholique poursuit sa route. Les établissements du Cantal et de la Haute-Loire ont été invités au première trimestre à réunir leurs conseils d’établissement pour construire autour de « nappes tournantes » des échanges diagnostics. Une autre étape s’ouvre à présent, en réseaux, avec des représentants de toutes les instances pour imaginer les leviers d’action. Un grand rendez-vous permettra de définir des plans d’actions en interdiocèse au mois de mai.

En attendant, c’est en région Auvergne-Rhône-Alpes, autour de Philippe Delorme, Secrétaire général, que presque 200 élèves, parents, enseignants, personnels, chefs d’établissement et membres des DDEC se sont retrouvés le 11 février pour exploré les pistes d’action à mettre en oeuvre dans notre région qui compte 1074 établissements pour 293 447 élèves, de la maternelle au post-bac auxquels il faut ajouter plus de 6200 apprentis, un chiffre en plein essor.

Merci à nos représentants, lycéen, enseignant, adjoint… qui ont joué le jeu du world café créatif !

Et si je devenais enseignant dans l’Enseignement catholique ?

Voilà une question que vous vous posez peut-être. Sur le site https://jedeviensenseignant.fr/ retrouvez toutes les réponses et les informations nécessaires au cheminement vers le métier d’enseignant premier ou second degré.

Pour des informations plus locales, si vous souhaitez devenir suppléant dans le Cantal ou la Haute-Loire, contacter  :

  • Pour le 1er degré : Sylvie CHANAL  s.chanal at ec43.org 04 71 09 27 61
  • Pour le 2nd degré : Corinne PINARD  c.pinard at ec43.org 04 71 09 27 61

Croquer la vie à pleines dents avec l’UGSEL

Depuis un an, les établissements sont invités à collecter les brosses à dents usagées et les tubes de dentifrice vides. Cette action n’avait pas encore trouvé destination, c’est fait avec l’UGSEL et sa dynamique Ma maison, la tienne aussi qui prend soin de la planète et de ses habitants.

Grâce à l’UGSEL15, les établissements primaires ont pu se doter de jeux de cours pour favoriser l’égalité filles/garçons. Ils se lancent actuellement dans la Semaine Olympique et Paralympique et d’autres événements sportifs attendent les élèves.

Bonne collecte à tous !