Célébration pour les élèves du réseau de Saint-Flour avec notre évêque

A l’initiative des chefs d’établissement du réseau, les élèves des écoles de Saint-André à Massiac, Notre-Dame des Oliviers à Murat, Notre-Dame et Saint-Joseph à Saint-Flour, des collèges Notre-Dame des Oliviers à Neussargues en Pinatelle, Saint-Joseph à Saint-Flour et du lycée Saint-Vincent La Présentation à Saint-Flour se sont retrouvés à la cathédrale pour une célébration avec Mgr Noblot.

A la suite de ce temps fort, animé par les jeunes, un pique-nique géant dans la cour du lycée et des danses traditionnelles ont réjoui tout le monde. Bravo pour l’investissement des établissements et rendez-vous l’an prochain !

Temps de recollection pour les chefs d’établissement du Cantal, marchons ensemble.

Les 20 et 21 avril, tous les chefs d’établissement du Cantal ont été invités à vivre une pause spirituelle à La Pomarède. Marche et repas (tels Emmaüs), intervention sur la synodalité, groupes d’échanges, célébration… avec Mgr Didier Noblot et le Père Jean-Paul Rolland, vicaire général, les directeurs ont pu prendre le temps de la relecture de leur mission et trouver l’occasion d’un temps convivial. Dans un contexte encore un peu sous tension dans les établissements, ces deux jours ont été riches de rencontre et de ressourcement.

Monseigneur, vous venez de participer à une récollection des chefs d’établissement des écoles catholiques du Cantal, était-ce une première ?

Aux dires des acteurs de l’école catholique dans le Cantal, oui c’était une première. Lors de mon premier échange avec monsieur Didier Ferry, directeur interdiocésain, j’ai émis l’idée d’une telle proposition : une récollection. L’idée s’est vite concrétisée. Ainsi l’ensemble des chefs d’établissement avec l’évêque, le vicaire général et l’équipe diocésaine s’est retrouvé deux jours à la Pomarède.

Quel fut le programme ?

Convivialité, connaissance mutuelle, respiration spirituelle, enseignement et célébration. Cinq dimensions déployées dans une ambiance très fraternelle. En nous faisant contempler les vitraux de la chapelle, l’accueil du père Henri Caldélari a très vite donné ce ton à la rencontre.

Quel bilan faites-vous de ces deux jours ?

Je suis très touché par l’engagement, la disponibilité et la compétence des chefs d’établissement. Les familles qui confient leurs enfants à nos établissements ont de la chance d’avoir des hommes et des femmes qui animent avec foi et passion les communautés éducatives des établissements. La prière partagée et les échanges nourrissent les liens entre les établissements et la vie du diocèse. Rendez-vous est pris pour une prochaine récollection en 2023.

Avent la classe

En 2017, la pastorale et la commission EUDES Auvergne vous avaient proposé des temps d’intériorité avec vos élèves pour la période de l’Avent. Pourquoi ne pas réexpérimenter ces temps de pause ? En cliquant sur chacune des images, vous trouverez un lien vers une vidéo*. Aucun autre matériel n’est nécessaire, chaque pause spirituelle peut se passer dans une salle de classe et dure environ de 5 à 7 minutes. A chacun de choisir le meilleur moment dans la journée.

Cette proposition est construite pour un public large où la liberté de chacun est particulièrement préservée :

  • Elle est composée en deux moments qui ne sont pas dissociables et suivant une chronologie tout au long de la semaine. D’abord un temps de relaxation, puis une proposition de cheminement chrétien.
  • Elle est ouverte à tous. Les enfants peuvent être concernés par la relaxation et -suivant leur croyance- soit se reconnaitre chrétiens et adhérer, soit juste restés à l’écoute pour se laisser la possibilité de découvrir les chrétiens. Il en va de même pour les enseignants.

Laissez-vous surprendre ! DDEC Auvergne Ontario comment_vivre_pause_spirituelle

  • Attention aux publicités intrusives en début et fin de vidéo, toujours possibles… Pour une meilleure projection, vous pouvez augmenter votre pourcentage de visualisation de cette page et ne garder que la grille du calendrier de l’Avent.
    Nous remercions nos collègues du Conseil scolaire catholique francophone de l’Ontario (Canada) qui nous ont donné l’idée de ce projet et certains de leurs textes.

Pauses spirituelles semaine 1-Avent 2017 
Pauses spirituelles semaine 2-Avent 2017 
Pauses spirituelles semaine 3-Avent 2017

Découvrir les saints de notre diocèse

Hier, ces saints ont marqué l’histoire de notre diocèse. Le diocèse nous propose aujourd’hui de découvrir leurs histoires au travers de vidéos filmées dans nos territoires.

Il y a plus de 1600 ans, saint Flour annonçait la Bonne Nouvelle sur les terres d’Auvergne.

Il y a 1130 ans saint Géraud d’Aurillac accomplissait la justice avec miséricorde.

Il y a 700 ans sainte Fleur de Maurs se faisait proche des faibles.

Il y a 230 ans, la bienheureuse Catherine Jarrige de Mauriac consolait les accablés.

Un nouvel évêque pour le Cantal

Grande Joie pour le Diocèse de Saint-Flour !

Le pape François a nommé ce jour, vendredi 11 juin 2021, Monseigneur Didier Noblot, évêque de Saint-Flour suite à l’acceptation de la démission que lui a présentée Monseigneur Bruno Grua.

Monseigneur Didier Noblot nommé évêque de Saint-Flour.

Monseigneur Didier Noblot était jusqu’à présent curé de Nogent-sur-Seine (diocèse de Troyes). Ancien directeur adjoint au Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations, il a été prêtre accompagnateur à la direction interdiocésaine de Troyes et Langres pour l’Enseignement catholique. L’ordination sacerdotale de Monseigneur Didier Noblot aura lieu le 12 septembre 2021 à la cathédrale de Saint-Flour.

Monseigneur Bruno Grua est nommé administrateur apostolique pour gouverner le diocèse de Saint-Flour jusqu’à la prise de possession canonique de son successeur.

Devise épiscopale : « Je vous appelle mes amis. »

Bienvenue à vous, père ! A bientôt !

Danser avec le monde dans un signe de fraternité #JerusalemaChallenge

Pour marquer l’entrée dans le temps de l’Avent, une classe et son enseignante ont décidé de s’ouvrir au monde par la danse comme symbole de coopération et de tolérance.
Reprenant le Jerusalema Challenge, les CM de l’école Saint-André à Massiac ont invité l’école Pablo Picasso à Berre (France) et l’école de Sao Vicente au Cap Vert ! Un beau défi qui permet de dépasser les stéréotypes pour créer du sens et de l’émotion dans une prestation collective de qualité!

Une vidéo à retrouver bientôt dans le calendrier diocésain de l’Avent.

Bravo à Mélanie Motescu et ses élèves pour le projet de danse et de montage !

Historiquement, il s’agit d’une danse sud-africaine utilisée lors des mariages. Des Angolais l’ont reprise sur la chanson avec des assiettes en main. La vidéo est devenue virale sur la toile.
Les paroles : Jérusalem c’est chez moi. S’il te plait viens avec moi, s’il te plait protège-moi.
A réviser pour votre réveillon familial !

Le roi Dagobert ou comment parler de la liberté d’expression

Actualité difficile oblige, les enseignants chercheront sans doute la manière d’aborder à la rentrée le sujet des caricatures, parodies et autre liberté d’expression et de culte.

Commençons en chanson, avec Le bon roi Dagobert (arrière-arrière-petit-fils de Clovis et roi des Francs de 629 à 639) : un classique qui remonte non pas aux Mérovingiens mais à l’Ancien Régime pour se moquer du roi Louis XVI, sans risquer la censure et la prison. Les explications sont à entendre ici :
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/les-pourquoi/les-pourquoi-pourquoi-le-roi-dagobert-a-t-il-mis-sa-culotte-a-lenvers_2125515.html

Pour continuer avec les arts, deux albums mêlent lecture d’image et littérature avec une grande sensibilité :

L’agneau qui ne voulait pas être un mouton de Didier Jean et Zad
Ce titre de littérature jeunesse amènera sans doute les lecteurs plus loin qu’une simple lecture que l’on croirait destinée aux petits pour évoquer la solidarité et la résistance. L’agneau qui ne voulait

Pour les plus grands, un autre titre soutenu également par Amnesty International croisera liberté et dictature  :
La rédaction d’Antonio Skarmeta et Alfonso Ruano (empruntable en série via Canopé 15) La rédaction

Enfin, un classique des classes primaires à lire seul ou en défi-lecture* :
Max et Lili se posent des questions sur Dieu de Dominique de Saint-Mars et Serge Bloch. 86 Max et Lili se posent des questions sur Dieu

Vous pensez à d’autres supports pour soutenir l’échange ? N’hésitez pas à nous le partager en commentaires ou par message.

Un temps de prière peut être proposé aux volontaires, enfants, jeunes et adultes. Pour vous aider, le pôle pastorale de la DDEC29 met à votre disposition des ressources.

D’autres propositions pédagogiques pour tous les cycles sur la DDEC29

*Voir avec la DDEC15

Exposition Laudato Si en tournée

Pour conclure la semaine du développement durable et le mois de la création, les écoles se sont réparti les affiches Laudato Si de Bayard. Elles resteront 15 jours dans chaque établissement, le temps de l’exploitation pour une animation pastorale ou avec les éco-délégués puis navigueront vers une autre école avec les réponses aux questions et recherches.

«Je reste à la maison, Seigneur !»

Je reste à la maison, Seigneur, et aujourd’hui, je t’en rends compte.
Trente ans à la maison de Nazareth, tu as appris l’écoute et la docilité,
Avant de prendre la route de Jérusalem d’où explosera la vérité.

Je reste à la maison, Seigneur, comme toi dans l’atelier de Joseph.
De la règle impérieuse et du tranchant de l’outil,  je fais connaissance
J’apprends à travailler, à obéir, à dégauchir les aspérités de l’existence.

Je reste à la maison, Seigneur,  je le fais de manière responsable pour mon propre bien,
Pour la santé de ma ville, de mes proches éloignés de moi pour l’heure.
Avec lenteur et timidité, j’entre dans mon  jardin intérieur.

Je reste à la maison, Seigneur, et dans le même silence qu’à Nazareth,
Je retiens mon souffle à l’unisson de la planète.
Je sais que tu m’attends dans la prière, la lecture, la méditation.

Je reste à la maison, Seigneur ! Au matin, je cherche un signe de confiance,
Tâchant de commencer le jour dans l’émerveillement,
Et de le poursuivre dans la persévérance.

Je reste à la maison, Seigneur, et à midi, j’accueillerai la salutation de l’ange.
Moi aussi, je saluerai Marie qui a répondu au don de ton amour.
Selon ta parole, je revêtirai moi aussi le tablier qui dérange.

Je reste à la maison, Seigneur, et si le soir me prend la mélancolie,
Je t’inviterai comme les disciples d’Emmaüs à rester avec nous,
Tandis qu’il se fait tard et que le soleil faiblit.

Je reste à la maison, Seigneur,  je sais que tu iras auprès de ton ami Lazare, malade,
Dans la maison de Béthanie, chez Marthe qui s’inquiète du service,
Et chez Marie qui se tient à ton écoute, admiratrice.

Je reste à la maison, Seigneur, habité par la pensée des malades et soignants à l’hospice,
J’entends la tempête qui fait rage sur l’océan du monde,
Réveille-toi Seigneur, s’il est vrai que la mer et le vent t’obéissent.

Je reste à la maison, Seigneur, appuyé sur ta promesse d’être avec nous tous les jours
En ces jours de retrait et d’impuissance, reliés par la grâce des réseaux,
Je prépare le parfum et les aromates pour le jour où tu rouleras la pierre du tombeau.

Amen !

Arnaud FAVART, prêtre de la Mission de France (Puy-de-Dôme)
Prière inspirée de Mgr Giuseppe Giudice,  évêque de Nocera Inferiore-Sarno en Italie.