Des relations en santé, dans un cadre réenchanté

La suite de nos journées auvergnates autour de la relation se construit. De nouveaux rendez-vous sont prévus en 2017/2018 par les DDEC d’Auvergne en lien avec le groupe EUDES. Ils s’inscrivent  parfaitement dans les projets diocésains et l’orientation nationale de « réenchantement ».

Quelques informations complémentaires dès à présent, si vous avez déjà les orteils dans le sable, ce sera pour plus tard…

  • 27 septembre Enjeux et défis de l’accueil des enfants musulmans en école catholique (journée portée par la Haute-Loire) animée par Michel Younes (Université catholique de Lyon). CDP Clermont-Ferrand.
  • 6 décembre Vivre la bienveillance dans nos établissements (journée portée par le Cantal). Lycée agricole du Breuil sur Couze (sud d’Issoire le long de l’A75). L’objectif étant de faire découvrir ou approfondir les mécanismes de la Communication Non Violente et de la médiation par les pairs à la lumière des neurosciences. En plénière : François Cribier, chargé de mission éducation à la relation DDEC Blois ; Monique Ferrerons, animatrice Génération Médiateur. En ateliers (2 dans la journée) : CNV, Médiation, partage d’expériences, relecture de pratique, neurosciences, évaluation positive…
  • 28 mars Une saine gouvernance pour construire la paix et favoriser une vraie réussite scolaire (portée par le Puy de Dôme). CDP Clermont Fd. Il sera question de climat scolaire, relation, sentiment de sécurité, décrochage, sanctions, justice scolaire, coresponsabilisation… En plénière : Benjamin Moignard (à lire). En ateliers au choix : ennéagramme, estime de soi, marché des connaissances, pleine conscience, cercles restauratifs, EARS…

Des journées ouvertes à toute la communauté éducative des établissements.

La belle Eglise Verte !

Vous savez maintenant ce qu’est une Eco-école et peut-être même avez-vous envie d’entrer dans son programme dynamisant… Mais savez-vous que vous allez aussi pouvoir être soutenus et soutenir votre paroisse dans une démarche similaire ? Le label Eglise Verte s’adresse aux Eglises chrétiennes de France via leurs communautés locales pour favoriser leur conversion… écologique et relier engagement et foi chrétienne de manière visible à la suite de l’encyclique Laudato Si.
Cet outil est porté par la Conférence des Evêques, la Fédération Protestante et le Conseil des Églises Chrétiennes en France. Le CCFD-Terre solidaire, le Secours Catholique, le CERAS … contribueront également à sa  mise en place.
Le label sera officiellement lancé le 16 septembre. La date n’est pas un hasard. Elle se situe dans la période où les Eglises sont invitées à célébrer la Création : du 1er septembre au 4 octobre (fête de St François d’Assise pour les Catholiques). Une bonne façon de débuter l’année scolaire, de construire une proposition de foi et d’initier de nouveaux projets environnementaux comme le suggère le projet diocésain. Des précisions et suggestions dans le document  Temps de la Création

Pastorale du collège Gerbert à Aurillac : Une ouverture vers l’autre !

Ce début d’année 2017 fut largement consacré aux rencontres, à la découverte, à l’ouverture vers l’extérieur et aux autres pour les élèves et l’équipe de l’aumônerie du collège Gerbert :
En janvier, une rencontre avec le Père Robert, directeur du collège Sainte Marie la Berceuse de Kinshasa en République Démocratique du Congo et Bernard, représentant de l’association « Electriciens sans frontières » (ESF) fut le premier acte de la mise en oeuvre d’un partenariat piloté par les élèves de 4ème de l’aumônerie mais impliquant l’ensemble des élèves du collège et les Secondes du lycée. Ce partenariat a pour objectif d’aider à la construction du collège congolais et permettre l’accès aux études au plus grand nombre. Une première mission consistait à récolter des fournitures scolaires. D’autres actions devraient rapidement voir le jour dès l’année prochaine.

Photo1

En février, les élèves de 5ème ont rencontré Monsieur Trarieux, bénévole de l’association « Nanga Boussoum » à Polminhac qui est venu présenter son association et les actions menées en faveur du village burkinabé de Nanga Boussoum dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’amélioration du cadre de vie, du problème de l’eau, du travail coopératif des femmes dans le village. Un moment convivial et des échanges fructueux. Rendez-vous est pris pour une future collaboration avec l’association et le village.
Dans le cadre de la semaine interculturelle, les élèves de 3ème de l’aumônerie ont fait une première visite aux « Amis du château Saint-Etienne » à Aurillac (60 réfugiés sont accueillis et logés au château en 2017) à l’initiative de Muriel Escalier, animatrice en Pastorale au collège et aujourd’hui responsable de la Pastorale au lycée mais également membre du collectif  « On est fait pour s’entendre ».

Photo2

Tous volontaires, les élèves ont découvert les panneaux préparés par leurs hôtes pour présenter leur pays (Afghanistan, Soudan, Ethiopie, Erythrée). Tous ont pris beaucoup de plaisir à présenter leurs coutumes avant que les élèves fassent de même. Des beaux échanges et un moment de partage dans la fraternité et le respect mutuel. Tous se sont quittés avec la promesse de se retrouver prochainement !
De beaux projets menés par des élèves très enthousiastes et motivés, encadrés par une équipe dynamique pilotée par Bernadette Malbert.

Eveiller à l’intériorité dans la classe

C’est le résultat d’un gros travail de la DDEC Maine et Loire qui nous est présenté dans ce dossier pour simplement vivre des temps d’intériorité dans nos écoles et développer une culture de l’intériorité au sein de chaque classe. Il s’agit de fiches pratiques sur 7 thèmes :

La méditation pour se poser, s’organiser, admirer
La paix pour se reposer, apprivoiser le silence, pardonner
Le jardin secret pour prendre soin de soi et des autres, se respecter, soigner son espace personnel
L’aventure intérieure pour oser, rencontrer, avoir confiance, 
La dépossession pour donner, dialoguer, être solidaire
L’expression pour nommer ses émotions, se contrôler, utiliser la parole, communiquer
La relecture pour relire un événement, choisir, connaitre les règles

La commission EUDES régionale vous proposera dès la rentrée prochaine une rencontre sur ce thème.

Chemins de Carême vers Pâques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment vivre ce temps de cheminement renouvelé dans les établissements scolaires ? Les propositions ne manquent pas, elles s’appuient sur les piliers du partage, du pardon et de la prière.

Partage : L’invitation au repas riz/pomme ou pâtes/pain/pomme a trouvé son sens dans de nombreuses écoles. Tous les enfants du monde ne mangent pas à leur faim, ce repas est là pour le rappeler tel un moment de renoncement à son confort habituel, un temps privilégié où l’on vit et partage, symboliquement, la même vie. Les bénéfices des repas ont été offerts à l’UNICEF ou au CCFD-Terre solidaire dans la majorité des cas.
Les élèves ont pu aussi être invités à collecter des livres pour Emmaüs ou encore des piles usagées au bénéfice d’Électriciens sans frontière, des outils d’écriture à recycler pour les Sœurs de la Présentation de Marie.
Partager, c’est aussi donner de ce que l’on est. C’est ce qu’ont vécu les 4èmes de Gerbert à Aurillac en présentant un spectacle de marionnettes aux maternelles en action de partage de Carême.

Pardon : Le sacrement de la réconciliation est proposé à partir du CM1 aux enfants catéchisés des établissements dans un espace de paroles et une démarche rassurante : Dieu est Amour et Pardon.

Prière : La proposition de Notre Dame à St Flour a mis en marche les enfants de la Grande section au CM jusqu’à la chapelle où les tout-petits les attendaient. Des pauses ont permis d’entendre les textes de la Bible.
Ailleurs, ce sont des temps de célébrations qui ont réuni enfants, éducateurs et parents lors de la Semaine Sainte, parfois en lien avec les paroisses.

Enfin, on ne peut parler de Carême, sans évoquer le carnaval, pause festive avant et au milieu du chemin, qui trouve son sens dans une démarche catéchétique.

A l’image de ces exemples vécus, l’Eglise nous invite à une conversion communautaire et personnelle. A nous d’inventer notre manière d’agir avec les jeunes… pourquoi pas dans une démarche participative l’an prochain comme le propose ce document belge ?

 

Une journée enthousiasmante autour du thème de la relation

Un peu plus de cent-vingt personnes, dont une vingtaine du Cantal, étaient réunies à Clermont-Ferrand le 29 mars pour cette première journée inter-diocésaine sur le thème de l’éducation à la relation. Cette rencontre, ouverte à toutes les communautés éducatives, a été un temps fort, avec le matin des intervenants divers et de haute qualité en plénière, et l’après-midi douze ateliers au choix. Pour les Chefs d’Etablissement cantaliens, la rencontre avec Jérôme Brunet, actuellement adjoint au SGEC, n’était pas une première puisqu’il était déjà venu témoigner du projet diocésain de Blois « Vers l’école de la relation« , où il était directeur diocésain. La dynamique de ce projet éducatif a reçu un bel écho en table ronde nous invitant à vivre en vérité avec les jeunes et les adultes, à donner une âme à nos institutions elles-mêmes -en cohérence avec l’Evangile- mais aussi à nous former à la complexité de la relation.
Les propositions de temps de relaxation à l’école ou de débats-philo, l’identification des émotions, la mise en place de médiateurs par élections sans candidat, de délégués de classe par élections démocratiques, ou encore la sensibilisation à la communication non violente… sont déjà des pratiques permettant le développement de compétences psycho-sociales dans certains de nos établissements. Elles ne demandent qu’à prendre de l’ampleur dans un engagement collectif.
Cette journée aura sans doute été l’occasion d’explorer de nouvelles manières de faire vivre notre projet diocésain.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des impressions des participants en images et en textes ici.

Newsletter Auvergne n°6 : l’éducation à la relation

Pour cette dernière version de la newsletter d’Auvergne, c’est Jérôme Brunet -adjoint au secrétaire général de l’Enseignement Catholique- qui a été sollicité pour écrire l’édito. Depuis de nombreuses années, il porte en effet le souci de l’éducation à la relation qui relie tous les témoignages de cette lettre : développement de l’estime de soi, échanges par le marché des connaissances, expérimentation de la médiation… Pour le Cantal, ce sont les écoles Gerbert à Aurillac, Notre Dame des Oliviers à Murat et le lycée Saint Géraud à Aurillac qui ont pris la parole, enthousiasmés par des mises en place simples et audacieuses à découvrir…

Vous pourrez retrouver Jérôme Brunet, invité de la journée EUDES sur le thème de l’éducation à la relation, le 29 mars à Clermont-Fd.

PAF, pour l’annonce à la foi !

pg_0001-pLa nouvelle version du PAF (Pour l’Annonce de la Foi, la revue rédigée par les services diocésains de catéchèse et catéchuménat de St Flour) est arrivée : propositions pour le 700° anniversaire du diocèse, démarche de Carême, sacrement du baptême, textes de réflexion et références pour l’annonce de la foi. Vous pourrez aussi porter attention à la proposition d’une école de prière, qui se déroulera du jeudi 24 août au dimanche 27 août (4 jours et 3 nuits en Châtaigneraie), pour les enfants du primaire et début collège de tout le diocèse.
Merci à Claire GEORGIN et Isabelle FOUCAULT pour la somme et la  pertinence des articles de cette revue. http://www.fleepit.com/flipbook/itcreatorJS/638924

Pour l’éveil à la foi et le primaire, de nouveaux documents ont également été mis en ligne à la page de la pastorale.

Très belle entrée en Carême à tous.

1er janvier, journée mondiale de la paix : adopter la non-violence comme style de vie

picasso24Plus qu’une résolution de début d’année, c’est un programme que le Saint-Père propose pour cette 50ème journée. «Engageons-nous » à bannir la violence de nos cœurs « et à construire des communautés non-violentes, qui prennent soin de la maison commune ». Pour un chrétien, «la non-violence est donc une manière d’être et pas un comportement tactique ».
Le Christ a tracé la voie de la non-violence, mais le Saint Père cite aussi en exemple trois grandes personnalités du combat non-violent, issues de trois religions différentes : le Mahatma Gandhi (hindou), principal artisan de la libération de l’Inde, Khan Abdul Ghaffar Khan (musulman) qui a mené un combat non-violent contre la domination britannique, Martin Luther King (chrétien), leader historique du combat des noirs pour les droits civiques aux Etats-Unis. Il nomme encore Mère Teresa, Thérèse de Lisieux et les femmes libériennes qui ont obtenu, par des manifestations non-violentes, des négociations de paix lors de la fin de la deuxième guerre civile dans leur pays.

Voilà autant d’appuis avec les jeunes de nos établissements pour apprendre à communiquer et à surmonter les frictions « par le dialogue et le respect, par la miséricorde et le pardon ». Car, comme le considère le pape, la non-violence est une forme d’action créative capable d’introduire des changements et ne saurait être confondue avec la « capitulation », le « désengagement » et la « passivité ». Jésus « a enseigné que le vrai champ de bataille sur lequel s’affrontent la violence et la paix, est le cœur de l’homme.» Ne perdons pas « l’occasion d’un mot aimable, d’un sourire, de n’importe quel petit geste qui sème paix et amitié.  »

En ces temps troublés par de tristes événements, le pape nous rappelle encore : «Aucune religion n’est terroriste. La violence est une profanation du nom de Dieu. Ne nous lassons jamais de le répéter : « Jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence. Seule la paix est sainte. Seule la paix est sainte, pas la guerre ! ».

Texte intégral : La non-violence : style d’une politique pour la paix