22 mars, journée mondiale de l’eau

 

 

 

 

 

Bonne nouvelle : la moitié des écoles primaires ont déjà un récupérateur d’eau de pluie pour leurs plantations. L’autre moitié ainsi que les établissements du secondaire qui ne sont pas encore équipés passent à la réflexion pour mettre en œuvre le choix 2 du vote des éco-délégués lors de leur assemblée diocésaine. Les manières de s’équiper sont diverses : de l’achat à la récupération et au bricolage, toutes les techniques sont possibles. #JournéeMondialedelEau

 

L’eau, patrimoine mondial commun et particulièrement fêtée ce jour, est une ressource importante à préserver comme l’ont bien compris les 6èmes de Notre-Dame des Oliviers qui, grâce à leur professeure Christelle Cuzol, ont pu réfléchir aux mélanges à ne pas faire pour préserver leurs santés et l’eau, thème éco-collège pour cette année à Neussargues.

Leur travail est à retrouver ici.

Des idées et des audaces

Au cours de l’assemblée des éco-délégués vécue en visio hier, 16 mars, les jeunes ont voté pour les nouvelles priorités à mettre en place dans leurs établissements.
La première qui concerne les cours de récréation fait justement écho au cadeau de fin d’assemblée offert par l’APEL départementale : des graines de plantes mellifères à semer. Bonne pioche !
La seconde servira à la première. Certains établissements ont déjà installé des récupérateurs, il s’agira donc de voir comment accompagner ceux qui n’en ont pas encore.
Quand à la troisième proposition, elle est de saison. Elle concerne la prévention des accidents de jeunes oiseaux qui percutent les vitres et baies vitrées du fait de leur transparence et de la réflexion du verre. Ce n’est pas anecdotique, puisque des millions de passereaux mourraient ainsi tous les ans.

 

Merci à tous les jeunes et leurs accompagnateurs pour leur implication dans cette rencontre réussie.

16 mars : 2ème Assemblée des éco-délégués de l’EC du Cantal

En septembre 2019, cent jeunes se retrouvaient pour la première Assemblée des Eco-délégués du Cantal, moment de partage d’expérience et d’élan. Cette année, les restrictions sanitaires nous obligent à être plus imaginatifs encore pour créer une rencontre dans une formule numérique qui ne perdra ni son enthousiasme, ni son engagement.

Deux témoins se joindront à nous pour soutenir les jeunes et leur lancer de nouveaux défis : Baptiste Dubanchet, un aventurier qui ne craint ni la traversée de l’Europe, ni celle de l’Atlantique en solitaire pour sensibiliser à la lutte contre le gaspillage, et Charline Gautier, étudiante, partie un an en service volontaire européen dans un éco-village finlandais pour comprendre la transition écologique.

Pour les éco-délégués qui se mobilisent, mettre en œuvre des actions en faveur des hommes et de leur environnement dans leurs établissements leur permet de se nourrir d’expériences qui font déjà d’eux des citoyens actifs et éclairés.

Cette rencontre est une appropriation des orientations nationales, mise en place dans l’ensemble des établissements de l’Enseignement catholique du Cantal : de l‘Audace pour Réenchanter l’école. Les projets sont portés par toutes les communautés éducatives (jeunes, professeurs, personnels, parents) et donnent goût et sens à l’école, tout en développant une culture de l’engagement et de la responsabilité dans la confiance.

Cette journée ouvrira également la semaine des APEL, association des parents d’élèves plus convaincue que jamais que le respect de l’homme et celui de la planète sont un seul et même enjeu éducatif.

Cerveaux en ébullition à NDO

Après une première session d’adultes pendant les vacances de février, c’est au tour des élèves de se lancer dans l’expérience des Cogni’classes. Ce matin, les élèves de cycle3 de Notre-Dame des Oliviers (école de Murat et collège de Neussargues donc) ont découvert comment était formé le cerveau et comment il fonctionne. Les CM devront d’ailleurs partager leurs connaissances aux CE de l’école. L’après-midi, ce sont les élèves de cycle 4 qui ont pris la relève. Les professeurs ont déjà mis en place les premières techniques d’apprentissage pour favoriser la mémorisation et l’attention en s’appuyant sur les sciences cognitives.

De l’énergie à revendre… ou pas !

Engagés dans des actions environnementales et solidaires, nos établissements mobilisent leurs équipes pour mettre en place des actions d’économies d’énergie et pour cela, les communautés éducatives ne manquent pas d’idées et d’énergie créative !
La majorité des écoles primaires obtiennent tous les ans le label international Eco-école, voire même le label académique E3D. Cette année la plupart des établissements secondaires participent à un grand concours d’économies d’énergie « Cube.S » : Gerbert Aurillac, St-Géraud Aurillac, NDO Neussargues, Sacré-Coeur Riom-ès-Montagnes, St-Vincent/ La Présentation St-Flour. Il s’agira dans un premier temps de mobiliser et de sensibiliser toute la communauté éducative pour que chacun adopte un comportement éco-responsable vers le maximum d’économies et de réduction de CO2. Les données de consommation seront collectées sur une plateforme web dédiée, puis comparées aux consommations historiques pour mesurer les progressions et quantifier les économies d’énergies réalisées sur une période de quatre ans.
En primaire, plusieurs écoles (ND Mauriac, St-André Massiac…) ont mis en place la journée du « gros pull » en février. Une opération de sensibilisation aux économies, puisque « 1 degré de moins au thermomètre, c’est 7% d’économie sur la facture de chauffage ». Une bonne occasion aussi pour mettre en valeur les pulls faits-mains des familles !
L’école Notre-Dame des Oliviers partage ses bonnes pratiques sur le sujet de l’énergie. Elle a été sollicitée pour participer à l’écriture du document d’éco-école : le guide des clés de l’énergie. A retrouver ici
Et pendant ce temps-là, le diocèse a mis en place pour ses paroisses un nouveau partenariat via un fournisseur d’énergie pour soutenir la production d’énergie renouvelable !

France-Japon, des lycéens coopèrent

Première rencontre par visio pour ces lycéens français et japonais qui développent des projets de coopération internationale.Huit lycées français et neuf lycées japonais se sont réunis cette semaine  pour travailler sur une quinzaine de projets dont les thématiques sont multiples : de l’échange de pratiques pour une agriculture respectueuse de l’environnement, aux échanges sur les pratiques pédagogiques propres à chacun des deux pays, sans oublier l’ouverture à la culture à travers la cuisine, l’art et les mangas.

Le lycée Saint-Vincent de Saint-Flour était dignement représenté par 3 élèves de Bac Pro services aux personnes accompagnés par leur professeur d’anglais et le professeur documentaliste. Le lycée St-Vincent est engagé sur deux projets avec son partenaire japonais, le lycée Shinonome situé dans l’Ouest du Japon. Le premier concerne des échanges de photos autour des visages de nos agricultures respectives. Les Cantaliens ont ainsi pu présenter des vaches Aubrac et Salers ainsi que la culture de la lentille de St-Flour. Les Japonais ont illustré leur agriculture à travers l’élevage du bœuf de Kobé et du pois noir de Tamba-Sasayama. Le second projet concerne les pâtisseries dans les fêtes de village. Les Japonais ont évoqué le dorayaki, un gâteau fourré de pâte de haricots asukis. En contrepartie, nos élèves ont revisité le cornet de Murat et ont créé le cornet St-Vincent, un cornet de Murat composé d’ingrédients japonais : le thé vert au Matcha et les haricots asukis. La recette du cornet St-Vincent a été filmée avec traduction en japonais et déposée sur les réseaux afin que les élèves japonais puissent préparer les cornets chez eux.

Une belle expérience pour tous les jeunes qui ont vécu là une vraie bouffée d’oxygène, l’espace de ce séminaire en ligne pour sortir de leur lourd quotidien lié à la pandémie. La préparation a demandé un énorme investissement, avec une organisation très rigoureuse et professionnelle côté japonais. Pour la France, c’est le chef d’établissement de St-Vincent, Franck Copin, animateur du réseau Japon de l’Enseignement Agricole, qui s’est occupé de l’organisation afin que le séminaire se déroule sans soucis. Il est en charge, entre autre, du lien avec les équipes des 8 lycées français, 6 établissements publics et 2 privés, dont Saint-Vincent et un autre lycée CNEAP à Lyon-Pressin. Bravo et merci à Franck Copin pour cette expérience riche d’ouverture et d’Audace !

Un Avent solidaire dans nos établissements

De nombreux lycées, collèges et écoles de l’Enseignement catholique du Cantal se sont mobilisés pendant l’Avent dans un élan de générosité en lien avec des associations caritatives.
Les écoliers de Saint-Joseph à Saint-Martin ont réalisé une collecte de chocolats au profit de l’association Saint-Vincent de Paul tandis que ceux de l’école Notre-Dame à Mauriac offraient des paniers garnis au Secours catholique lors de leur concert de Noël Chœur à cœur.
Les CM de l’école Notre-Dame des Oliviers ont choisi d’écrire des messages d’espoir pour les résidents de l’EHPAD de Murat. C’est aussi la démarche de l’école Saint-Joseph à Pleaux qui, en temps normal, partage beaucoup avec les résidents de l’EHPAD (repas, activités, événements). En attendant de se revoir, les écoliers et les résidents ont échangé des cartes de vœux.
A Saint-Flour, la pastorale des jeunes, la catéchèse et les établissements scolaires (des écoles au lycée) se sont unis autour des équipes Saint-Vincent de Paul pour une collecte de denrées alimentaires, jouets et jeux de tout âge.
Même partenariat à Aurillac pour les élèves du secondaire de Gerbert qui ont pesé 62 kg de don en produits d’hygiène et fournitures scolaires et 108 Kg de denrées alimentaires au profit des Restos du Cœur.
Le collège Notre-Dame des Miracles à Mauriac finalisera ses actions en janvier avec ces mêmes Restos du Cœur et l’UNICEF.
Bravo et merci à tous les jeunes mobilisés avec leurs éducateurs et aux bénévoles des associations qui œuvrent pour plus de justice dans notre maison commune.

 

Un festival, des festivals numériques et cinématographiques

A l’école Saint-Joseph de Saint-Martin Valmeroux, un projet débuté l’an dernier prend sa vitesse de croisière avec les élèves et une réalisatrice professionnelle : Anne Jammet. L’ambition du projet est de réaliser un court-métrage pour le printemps tout en apprenant à maitriser et comprendre les écrans.
Au collège Notre-Dame des Oliviers de Neussargues, c’est aussi un projet débuté l’an dernier autour d’une résidence d’artiste, Jeannie Brie, qui a permis aux élèves de s’initier aux stop-motions et autres gifs animés sur la thématique des hallucinations de Don Quichotte. Parmi les plus âgés, des élèves ont expérimenté les performances visuelles en temps réel de type VJing (création ou manipulation d’image en direct via la médiation technologique, en synchronisation avec la musique)
Enfin, dans le cadre des ateliers du collège Sacré-Cœur à Riom-ès-Montagnes, les 5èmes sont devenus réalisateurs, scénaristes et photographes pour créer leurs films d’animation. Parmi les 9 réalisations à retrouver ici, nous vous partageons celui qui porte l’actualité.

Bravo à tous les enseignants impliqués auprès des élèves pour les accompagner dans ces projets de langage audio-visuel et de savoir-faire indispensables.

Mêêêm… pendant les vacances, le Net’toyage !

L’Enseignement catholique du Cantal n’oublie pas ses engagements pour plus de solidarité et de respect de l’environnement durant l’été !
Ainsi, le lycée Saint-Vincent La Présentation a choisi un partenariat avec les moutons d’un éleveur local: herbes fraîches contre terrain propre et réduction de l’impact environnemental !

Un autre Net’toyage estival a eu lieu sur les pages du numérique cette fois : 181 anciens articles Facebook effacés et plus encore de petits Tweets.  La face cachée d’internet est gourmande, elle, en énergie.

Quant aux établissements, chacun d’eux prépare pour ses élèves des projets engagés avec audace dont nous reparlerons lors de la saison de la création et de la Semaine Européenne du Développement Durable, en septembre…

De son côté, le pape François nous invite, depuis l’anniversaire de son encyclique Laudato Si (lettre.. sous forme de livre),  à entrer dans une année d’actions en faveur de notre maison commune. Pour le diocèse de Saint-Flour, la saison de la création commence par un rendez-vous à la Font-Sainte pour la fête des bergers le jeudi 27 aout, puis dans certaines paroisses.
A suivre

 

Merci !

Avant de se séparer, les chefs d’établissement, les chefs de projet et les membres du Codiec se sont retrouvés pour conclure l’année par un temps de simple convivialité. L’occasion était belle pour prendre le temps de remercier ceux qui quittent leurs missions pour d’autres aventures, en particulier Marie-Madeleine Dulac, chef d’établissement depuis 2003 au lycée Saint-Géraud Aurillac auquel elle a donné ses couleurs d’arts appliqués et de communication.

Belle occasion également pour remettre les palmes académiques à Stéphanie Charles et Anne-Laure Alinc pour leur plein engagement au service des élèves et des communautés éducatives de Gerbert Aurillac et Notre-Dame des Oliviers Murat, en lien avec les orientations diocésaines de la DDEC15.