Les éco-délégués des écoles se retrouvent en visio

Après l’assemblée de tous les éco-délégués du primaire au post-bac en mars, les écoliers ont souhaité reprendre la parole en plus petits groupes pour échanger sur leurs projets. Chaque école a pu raconter comment elle avait mis en place les 3 priorités votées en assemblée et comment elle a à cœur d’innover pour Réenchanter l’Ecole avec Audace.

Accueillir des poules, installer des toilettes sèches, réaliser un court-métrage avec des professionnels, installer un mur végétal ou confectionner chaque mois le gâteau des anniversaire avec des fruits ou légumes de saison, les élèves ne manquent pas d’idées et de raisons d’en être fiers !

De nouveaux projets ont été imaginés pour l’an prochain afin de prendre soin de notre maison commune et de ses habitants. Les équipes enseignantes et éducatives nous donnent donc rendez-vous dès septembre, lors de la fête de la création et de la Semaine Européenne du Développement Durable.

Les élèves de St-Jo Saint-Martin Valmeroux passent au cinéma !

Suite à son projet cinématographique extraordinaire et audacieux, l’école Saint-Joseph à Saint-Martin Valmeroux a le plaisir d’annoncer la sortie en avant première de son conte climatique « Cantal’Espoir » au cinéma Le Cristal à Aurillac, vendredi 25 Juin 2021 à 20H.
La projection sera suivie d’un échange avec la réalisatrice Anne Jammet, une belle occasion pour les élèves et leurs parents de clôturer l’année scolaire. Pour le plaisir des enfants, un dessin animé sera projeté en plus du court métrage. Il s’agit de « La baleine et l’escargote », d’une durée de 40 minutes.

Les réservations se font directement auprès de la directrice de l’école.

De l’Audace pour Réenchanter l’Ecole !

7 d’un coup, et même 8 labels !

Nos 7 écoles et 1 collège qui sont entrés depuis 15 à 1 an dans la démarche de label Eco-école ou collège viennent tous* d’apprendre aujourd’hui qu’ils ont obtenu leur qualification ! Bravo à eux qui rejoignent les 887 autres établissements français cette année, et particulièrement à l’école de l’Enfant-Jésus (Aurillac) avec ses 10 ans d’âge et à l’école Saint-Joseph à Saint-Martin Valmeroux labellisée pour la première fois.

Cette démarche est en pleine cohérence avec les orientations diocésaines de l’Audace pour Réenchanter l’école. Cinq établissements du secondaire ont choisi la méthode Cube.S** pour la mettre en œuvre. Quant à l’APEL, c’est par le biais d’éco-parents qu’ils peuvent mobiliser leurs attentions environnementales et solidaires grâce à la proposition nationale de soutien aux communautés éducatives.

Par ailleurs pour structurer l’organisation diocésaine, les chefs de projets des établissements se sont retrouvés mercredi 2 juin et ont concocté un plan d’action pour la rentrée qui devrait plaire à tous.

Enfin pour terminer l’année, les éco-délégués du primaire se retrouveront en visio et échangeront plus longuement entre eux.

*Eco-établissements : écoles Saint-André Massiac, Notre-Dame Saint-Flour, Notre-Dame des Oliviers Murat, Notre-Dame des Miracles Mauriac, Saint-Joseph Saint-Martin-Valmeroux, Externat de l’Enfant-Jésus et Gerbert Aurillac ; collège Notre-Dame des Oliviers Neussargues en Pinatelle.

**Cube.S : Collèges Sacré-Coeur Riom-ès-Montagnes et Notre-Dame des Oliviers Neussargues, collège et lycée Gerbert Aurillac, Lycées Saint-Vincent/La Présentation Saint-Flour, Saint-Géraud Aurillac

E3D : écoles Saint-André Massiac, Notre-Dame des Oliviers Murat, Notre-Dame Saint-Flour, Externat de l’Enfant-Jésus Aurillac, collège Notre-Dame des Oliviers Neussargues.

I can. Yo puedo. Moi, Je peux

Mettre en œuvre l’esprit de Laudato’si dans les établissements catholiques et participer ainsi à la dynamique de changement requise pour atteindre les objectifs de développement durable attendus pour 2030…, voici la démarche « Moi je peux » qui invite enseignants et élèves à relever le défi, ce qu’a testé l’école Notre-Dame à Saint-Flour.

Issue d’une expérience menée en 2009 par Kiran Bir Sethi, enseignante indienne, la démarche rend les enfants acteurs des changements dans leur école. Déclinée à l’international, l’action est devenue Bâtisseurs de possibles en France. Et depuis le partenariat signé en juin 2017 entre Design for change et l’OIEC (Office International de l’enseignement catholique), « Moi, je peux ! » est la réponse de l’Enseignement catholique, nourrie des apports spirituels de l’encyclique Laudato si’, du pape François.

L’esprit critique, la créativité et la coopération sont développées lors des quatre phases de la méthodologie : identifier un besoin, imaginer des solutions, les mettre en œuvre et les partager. Pour retrouver cette dernière étape, les élèves de CM de l’école Notre-Dame nous partagent cette vidéo de présentation en réponse à leur actualité.

Retrouvez le livret de présentation de la démarche

et le webinaire de partage d’expérience proposé par l’EC national.

Une autre vidéo vous présente l’historique de la méthode par sa créatrice, la designer et pédagogue indienne Kiran Bir Sethi, lors d’un TED

On en reparle ensemble l’an prochain ? Affaire à suivre…

Et si je devenais enseignant dans l’Enseignement catholique ?

Voilà une question que vous vous posez peut-être. Sur le site https://jedeviensenseignant.fr/ retrouvez toutes les réponses et les informations nécessaires au cheminement vers le métier d’enseignant premier ou second degré.

Pour des informations plus locales, si vous souhaitez devenir suppléant dans le Cantal ou la Haute-Loire, contacter  :

  • Pour le 1er degré : Sylvie CHANAL  s.chanal at ec43.org 04 71 09 27 61
  • Pour le 2nd degré : Corinne PINARD  c.pinard at ec43.org 04 71 09 27 61

Cant’al’audace pour demain

Le 16 mars, ce sont donc 127 jeunes éco-délégués qui se sont retrouvés en visio cette année pour leur deuxième assemblée. Des écoles aux classes post-bac tous les établissements de l’Enseignement catholique du Cantal étaient représentés afin de se soutenir et partager les bonnes pratiques dans le cadre des orientations diocésaines pour des projets solidaires et environnementaux.

En deux salles virtuelles, ils se sont d’abord dit ce dont ils étaient fiers d’avoir mis en place dans leurs établissements puis ils ont pu entendre un invité-témoin. Les éco-délégués du primaire ont questionné Baptiste Dubanchet, un aventurier engagé contre le gaspillage alimentaire qui n’a pas eu peur de pédaler entre Paris et Varsovie (2014) ou même Paris et New-York (2017) en se nourrissant d’aliments destinés à nos poubelles, preuve que ce gaspillage peut nourrir sans rendre malade même lors d’une traversée de l’Atlantique en solitaire .

De leurs côtés, les éco-délégués du secondaire ont entendu Charline Gautier, étudiante, qui a vécu dans un éco-village de Finlande lors d’une année de service volontaire européen. Cette belle expérience lui a permis de découvrir de l’intérieur une manière de vivre la transition écologique et de sortir de sa zone de confort. Grâce à deux lycéens de Saint-Vincent La Présentation (Saint-Flour) qui ont géré l’interview et le « tchat » en direct, chacun a pu appréhender les enjeux présentés et imaginer des solutions locales.

Des écoliers de Saint-André (Massiac) ont ensuite proposé un temps de Brain-Gym pour prendre soin de soi également et se détendre après ces premières parties passées devant l’écran.

Via un logiciel de relevés de propositions et de votes en ligne, l’ensemble des éco-délégués a pu définir les nouvelles priorités pour l’année à venir (voir article). Enfin, tandis que la capsule temporelle Cantal 2025 -constituée lors de la première assemblée- continuait son voyage d’école en école, les établissements ont découvert le défi de cette année, soutenu par l’APEL départementale à l’occasion de la semaine des APEL : un paquet de graines mellifères à semer pour assurer le bzz devant les établissements dès le printemps !

A l’heure où le Secrétaire général des Nations Unies appelle à «faire la paix avec la nature» et où nos évêques se réunissent en assemblée autour des thématiques d’écologie intégrale, nos élèves s’engagent avec Audace pour inventer des manières de vivre qui prennent soin de notre maison commune et de ses habitants.

22 mars, journée mondiale de l’eau

 

 

 

 

 

Bonne nouvelle : la moitié des écoles primaires ont déjà un récupérateur d’eau de pluie pour leurs plantations. L’autre moitié ainsi que les établissements du secondaire qui ne sont pas encore équipés passent à la réflexion pour mettre en œuvre le choix 2 du vote des éco-délégués lors de leur assemblée diocésaine. Les manières de s’équiper sont diverses : de l’achat à la récupération et au bricolage, toutes les techniques sont possibles. #JournéeMondialedelEau

 

L’eau, patrimoine mondial commun et particulièrement fêtée ce jour, est une ressource importante à préserver comme l’ont bien compris les 6èmes de Notre-Dame des Oliviers qui, grâce à leur professeure Christelle Cuzol, ont pu réfléchir aux mélanges à ne pas faire pour préserver leurs santés et l’eau, thème éco-collège pour cette année à Neussargues.

Leur travail est à retrouver ici.

21 mars, journée mondiale de la poésie

« La Journée mondiale de la poésie, commémorée le 21 mars de chaque année, célèbre l’une des formes d’expression et d’identité linguistique et culturelle les plus précieuses de l’humanité. Pratiquée à travers l’histoire, dans toutes les cultures et sur tous les continents, la poésie parle à notre humanité commune et à nos valeurs partagées, en transformant le plus simple des poèmes en un puissant catalyseur pour le dialogue et la paix. » Unesco #JournéeMondialedelaPoésie
Pour célébrer cette journée, inclue dans la quinzaine du printemps des poètes, des enseignants de primaire des écoles catholiques du Cantal ont bien voulu nous partager un souvenir d’enfance et par là, remercier leurs enseignants et honorer les auteurs. Peut-être reconnaitrez-vous quelques vers familiers…

Des idées et des audaces

Au cours de l’assemblée des éco-délégués vécue en visio hier, 16 mars, les jeunes ont voté pour les nouvelles priorités à mettre en place dans leurs établissements.
La première qui concerne les cours de récréation fait justement écho au cadeau de fin d’assemblée offert par l’APEL départementale : des graines de plantes mellifères à semer. Bonne pioche !
La seconde servira à la première. Certains établissements ont déjà installé des récupérateurs, il s’agira donc de voir comment accompagner ceux qui n’en ont pas encore.
Quand à la troisième proposition, elle est de saison. Elle concerne la prévention des accidents de jeunes oiseaux qui percutent les vitres et baies vitrées du fait de leur transparence et de la réflexion du verre. Ce n’est pas anecdotique, puisque des millions de passereaux mourraient ainsi tous les ans.

 

Merci à tous les jeunes et leurs accompagnateurs pour leur implication dans cette rencontre réussie.