De l’énergie à revendre… ou pas !

Engagés dans des actions environnementales et solidaires, nos établissements mobilisent leurs équipes pour mettre en place des actions d’économies d’énergie et pour cela, les communautés éducatives ne manquent pas d’idées et d’énergie créative !
La majorité des écoles primaires obtiennent tous les ans le label international Eco-école, voire même le label académique E3D. Cette année la plupart des établissements secondaires participent à un grand concours d’économies d’énergie « Cube.S » : Gerbert Aurillac, St-Géraud Aurillac, NDO Neussargues, Sacré-Coeur Riom-ès-Montagnes, St-Vincent/ La Présentation St-Flour. Il s’agira dans un premier temps de mobiliser et de sensibiliser toute la communauté éducative pour que chacun adopte un comportement éco-responsable vers le maximum d’économies et de réduction de CO2. Les données de consommation seront collectées sur une plateforme web dédiée, puis comparées aux consommations historiques pour mesurer les progressions et quantifier les économies d’énergies réalisées sur une période de quatre ans.
En primaire, plusieurs écoles (ND Mauriac, St-André Massiac…) ont mis en place la journée du « gros pull » en février. Une opération de sensibilisation aux économies, puisque « 1 degré de moins au thermomètre, c’est 7% d’économie sur la facture de chauffage ». Une bonne occasion aussi pour mettre en valeur les pulls faits-mains des familles !
L’école Notre-Dame des Oliviers partage ses bonnes pratiques sur le sujet de l’énergie. Elle a été sollicitée pour participer à l’écriture du document d’éco-école : le guide des clés de l’énergie. A retrouver ici
Et pendant ce temps-là, le diocèse a mis en place pour ses paroisses un nouveau partenariat via un fournisseur d’énergie pour soutenir la production d’énergie renouvelable !

France-Japon, des lycéens coopèrent

Première rencontre par visio pour ces lycéens français et japonais qui développent des projets de coopération internationale.Huit lycées français et neuf lycées japonais se sont réunis cette semaine  pour travailler sur une quinzaine de projets dont les thématiques sont multiples : de l’échange de pratiques pour une agriculture respectueuse de l’environnement, aux échanges sur les pratiques pédagogiques propres à chacun des deux pays, sans oublier l’ouverture à la culture à travers la cuisine, l’art et les mangas.

Le lycée Saint-Vincent de Saint-Flour était dignement représenté par 3 élèves de Bac Pro services aux personnes accompagnés par leur professeur d’anglais et le professeur documentaliste. Le lycée St-Vincent est engagé sur deux projets avec son partenaire japonais, le lycée Shinonome situé dans l’Ouest du Japon. Le premier concerne des échanges de photos autour des visages de nos agricultures respectives. Les Cantaliens ont ainsi pu présenter des vaches Aubrac et Salers ainsi que la culture de la lentille de St-Flour. Les Japonais ont illustré leur agriculture à travers l’élevage du bœuf de Kobé et du pois noir de Tamba-Sasayama. Le second projet concerne les pâtisseries dans les fêtes de village. Les Japonais ont évoqué le dorayaki, un gâteau fourré de pâte de haricots asukis. En contrepartie, nos élèves ont revisité le cornet de Murat et ont créé le cornet St-Vincent, un cornet de Murat composé d’ingrédients japonais : le thé vert au Matcha et les haricots asukis. La recette du cornet St-Vincent a été filmée avec traduction en japonais et déposée sur les réseaux afin que les élèves japonais puissent préparer les cornets chez eux.

Une belle expérience pour tous les jeunes qui ont vécu là une vraie bouffée d’oxygène, l’espace de ce séminaire en ligne pour sortir de leur lourd quotidien lié à la pandémie. La préparation a demandé un énorme investissement, avec une organisation très rigoureuse et professionnelle côté japonais. Pour la France, c’est le chef d’établissement de St-Vincent, Franck Copin, animateur du réseau Japon de l’Enseignement Agricole, qui s’est occupé de l’organisation afin que le séminaire se déroule sans soucis. Il est en charge, entre autre, du lien avec les équipes des 8 lycées français, 6 établissements publics et 2 privés, dont Saint-Vincent et un autre lycée CNEAP à Lyon-Pressin. Bravo et merci à Franck Copin pour cette expérience riche d’ouverture et d’Audace !

Un Avent solidaire dans nos établissements

De nombreux lycées, collèges et écoles de l’Enseignement catholique du Cantal se sont mobilisés pendant l’Avent dans un élan de générosité en lien avec des associations caritatives.
Les écoliers de Saint-Joseph à Saint-Martin ont réalisé une collecte de chocolats au profit de l’association Saint-Vincent de Paul tandis que ceux de l’école Notre-Dame à Mauriac offraient des paniers garnis au Secours catholique lors de leur concert de Noël Chœur à cœur.
Les CM de l’école Notre-Dame des Oliviers ont choisi d’écrire des messages d’espoir pour les résidents de l’EHPAD de Murat. C’est aussi la démarche de l’école Saint-Joseph à Pleaux qui, en temps normal, partage beaucoup avec les résidents de l’EHPAD (repas, activités, événements). En attendant de se revoir, les écoliers et les résidents ont échangé des cartes de vœux.
A Saint-Flour, la pastorale des jeunes, la catéchèse et les établissements scolaires (des écoles au lycée) se sont unis autour des équipes Saint-Vincent de Paul pour une collecte de denrées alimentaires, jouets et jeux de tout âge.
Même partenariat à Aurillac pour les élèves du secondaire de Gerbert qui ont pesé 62 kg de don en produits d’hygiène et fournitures scolaires et 108 Kg de denrées alimentaires au profit des Restos du Cœur.
Le collège Notre-Dame des Miracles à Mauriac finalisera ses actions en janvier avec ces mêmes Restos du Cœur et l’UNICEF.
Bravo et merci à tous les jeunes mobilisés avec leurs éducateurs et aux bénévoles des associations qui œuvrent pour plus de justice dans notre maison commune.

 

Jour J comme Jeux

Apprendre par le jeu n’est pas un nouveau concept pédagogique puisqu’on sait depuis longtemps que c’est une excellente manière de développer les compétences psychosociales : résolution de problèmes, prises de décisions, communication, pensée créative et critique, gestion de ses émotions… C’est la façon dont deux écoles ont choisi de finir la semaine d’une période d’hiver toujours un peu fatigante avant Noël.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’école Notre-Dame des Oliviers Murat, les élèves et les enseignantes ont profité de l’intervention d’une association proposant des jeux en bois (jeux traditionnels et de tous horizons) pour expérimenter collectivement leur capacité d’adresse, de stratégie, de coopération dans une très bonne ambiance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Massiac, les élèves de CE/CM de l’école Saint-André se sont lancés dans une semaine robotique pour finir l’année 2020 au rythme des codages ludiques et numériques. Les enfants devaient imaginer leurs stations spatiales puis programmer l’animation de certains des véhicules via les tablettes Les enseignants ont tellement aimé l’expérience qu’ils ont continué les apprentissages sans les élèves le mercredi après-midi. Des enseignants qui apprennent ce sont des élèves qui réussissent* !

Merci aux APEL des établissements pour leurs partenariats dans ces projets qui entrent pleinement dans les axes du 21ème congrès national : valoriser la relation aux autres par la coopération et la collaboration entre élèves.

*titre d’un ouvrage de François Muller (ESF)

Congrès national APEL à distance

Pour s’adapter aux contraintes sanitaires, l’Apel nationale a décidé de diffuser une table-ronde en live, vendredi 4 décembre, sur le thème :
« La planète est en danger : quels constats et quelles actions mener ensemble ? » avec la participation de :
– Jean-Louis Etienne, médecin explorateur
– Véronique Fayet, présidente du Secours catholique
– Jacques Bregeon, docteur es Sciences, directeur du CHEDD Bretagne (auteur du rapport post Grenelle de l’environnement pour l’éducation)
– Sœur Cécile Renouard, présidente du Campus de la Transition
ainsi que Maxence, jeune étudiant et Sylvie, parent d’élèves.

L’enregistrement des échanges est à retrouver en cliquant sur l’image.

Quelques mots entendus :
Chacun doit être efficace sur sa zone d’influence.
La résultante sera l’addition des actions que chacun aura entreprises à son niveau personnel, familial, industriel…
Etre un militant heureux !
Il y a complémentarité des générations, toutes ne mettent pas l’accent sur les mêmes choses.
Faisons intervenir des parents agriculteurs, chauffagistes, architectes pour parler solutions et attentions.
La collecte de denrées solidaires doit être accompagnée d’action sur le gaspillage en amont.
Il y a du fun être écolo.
L’écologie, c’est le respect de l’autre.
Nous avons besoin d’engagement politique [au sens collectif]
C’est un engagement qui repose sur des valeurs spirituelles [au sens large] et qui suppose aussi une reconnexion à soi fondamentale.

L’APEL propose donc 6 axes de mises en route que l’EC du Cantal se réjouit de lire :

  • renforcer l’implication des parents pour faire vivre une écologie en famille et dans les établissements, avec un éco-parent dans chaque APEL !
  • repenser notre manière de consommer et de nous déplacer ; kermesse éco-responsable, pédibus, bourses d’échange !
  • accorder de la place à l’intériorité et à l’émerveillement : oser la déconnexion par la prière, la relaxation, la lecture !
  • valoriser la relation à l’autre et à la nature par la coopération, la collaboration, l’accueil de la personne différente, la responsabilisation !
  • contribuer à ouvrir les établissements vers l’extérieur pour s’enrichir : actions solidaires et caritatives, intergénérationnelles, interculturelles !
  • accompagner l’évolution de la restauration scolaire : circuits courts, surconsommation, gaspillage, temps de partage !

Prochain rendez-vous collectif : semaine des APEL sur la thématique Enjeux écologiques, défis éducatifs, mars 2021 pour une mise en application et exploration de ce qui a été entendu !

Un régal à lire. Merci l’APEL d’accompagner les établissements sur ces voies !

Danser avec le monde dans un signe de fraternité #JerusalemaChallenge

Pour marquer l’entrée dans le temps de l’Avent, une classe et son enseignante ont décidé de s’ouvrir au monde par la danse comme symbole de coopération et de tolérance.
Reprenant le Jerusalema Challenge, les CM de l’école Saint-André à Massiac ont invité l’école Pablo Picasso à Berre (France) et l’école de Sao Vicente au Cap Vert ! Un beau défi qui permet de dépasser les stéréotypes pour créer du sens et de l’émotion dans une prestation collective de qualité!

Une vidéo à retrouver bientôt dans le calendrier diocésain de l’Avent.

Bravo à Mélanie Motescu et ses élèves pour le projet de danse et de montage !

Historiquement, il s’agit d’une danse sud-africaine utilisée lors des mariages. Des Angolais l’ont reprise sur la chanson avec des assiettes en main. La vidéo est devenue virale sur la toile.
Les paroles : Jérusalem c’est chez moi. S’il te plait viens avec moi, s’il te plait protège-moi.
A réviser pour votre réveillon familial !

Le roi Dagobert ou comment parler de la liberté d’expression

Actualité difficile oblige, les enseignants chercheront sans doute la manière d’aborder à la rentrée le sujet des caricatures, parodies et autre liberté d’expression et de culte.

Commençons en chanson, avec Le bon roi Dagobert (arrière-arrière-petit-fils de Clovis et roi des Francs de 629 à 639) : un classique qui remonte non pas aux Mérovingiens mais à l’Ancien Régime pour se moquer du roi Louis XVI, sans risquer la censure et la prison. Les explications sont à entendre ici :
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/les-pourquoi/les-pourquoi-pourquoi-le-roi-dagobert-a-t-il-mis-sa-culotte-a-lenvers_2125515.html

Pour continuer avec les arts, deux albums mêlent lecture d’image et littérature avec une grande sensibilité :

L’agneau qui ne voulait pas être un mouton de Didier Jean et Zad
Ce titre de littérature jeunesse amènera sans doute les lecteurs plus loin qu’une simple lecture que l’on croirait destinée aux petits pour évoquer la solidarité et la résistance. L’agneau qui ne voulait

Pour les plus grands, un autre titre soutenu également par Amnesty International croisera liberté et dictature  :
La rédaction d’Antonio Skarmeta et Alfonso Ruano (empruntable en série via Canopé 15) La rédaction

Enfin, un classique des classes primaires à lire seul ou en défi-lecture* :
Max et Lili se posent des questions sur Dieu de Dominique de Saint-Mars et Serge Bloch. 86 Max et Lili se posent des questions sur Dieu

Vous pensez à d’autres supports pour soutenir l’échange ? N’hésitez pas à nous le partager en commentaires ou par message.

Un temps de prière peut être proposé aux volontaires, enfants, jeunes et adultes. Pour vous aider, le pôle pastorale de la DDEC29 met à votre disposition des ressources.

D’autres propositions pédagogiques pour tous les cycles sur la DDEC29

*Voir avec la DDEC15

Un temps de pause pour comprendre les mutations sociales et les changements dans l’enseignement.

Dans la lignée de l’Audace pour Réenchanter l’Ecole qui s’appuie sur le soin des 4 relations nommées par l’encyclique Laudato Si (soi, les autres, l’environnement, Dieu), la DDEC propose une nouvelle formation ouverte à tous. L’intervenant, Yves-Olivier Chatard, est psychanalyste et adjoint de direction à l’ISFEC des Alpes. Il s’agira donc, après les temps de formation des années passées sur l’environnement puis la coopération, de prendre soin de soi pour mieux prendre soin de nos élèves.
Inscription auprès des chefs d’établissement.

affiche invitation formation

Tu lis et relies, c’est parti !

Le projet d’échange littéraire prévu au printemps dernier sur proposition d’éco-délégués vient de prendre son élan. Chaque école volontaire a choisi un livre à étudier pour lequel elle propose une exploitation pédagogique. L’ensemble est transmis à un autre établissement qui écrit au premier pour lui dire ce qu’il en a pensé, invente une autre exploitation et fait passer… Les thématiques sont évidemment solidaires et environnementales pour lancer l’année sur le tempo de l’anniversaire des Objectifs de Développement Durable et de la SEDD toute prochaine. A suivre toute l’année !

Mêêêm… pendant les vacances, le Net’toyage !

L’Enseignement catholique du Cantal n’oublie pas ses engagements pour plus de solidarité et de respect de l’environnement durant l’été !
Ainsi, le lycée Saint-Vincent La Présentation a choisi un partenariat avec les moutons d’un éleveur local: herbes fraîches contre terrain propre et réduction de l’impact environnemental !

Un autre Net’toyage estival a eu lieu sur les pages du numérique cette fois : 181 anciens articles Facebook effacés et plus encore de petits Tweets.  La face cachée d’internet est gourmande, elle, en énergie.

Quant aux établissements, chacun d’eux prépare pour ses élèves des projets engagés avec audace dont nous reparlerons lors de la saison de la création et de la Semaine Européenne du Développement Durable, en septembre…

De son côté, le pape François nous invite, depuis l’anniversaire de son encyclique Laudato Si (lettre.. sous forme de livre),  à entrer dans une année d’actions en faveur de notre maison commune. Pour le diocèse de Saint-Flour, la saison de la création commence par un rendez-vous à la Font-Sainte pour la fête des bergers le jeudi 27 aout, puis dans certaines paroisses.
A suivre