Des écoliers sur les ondes radio

Quatre enfants de l’Eco-école Notre-Dame des Oliviers à Murat ont participé à l’émission « Paroles de Jeunes » diffusée sur les ondes de RCF63 et RCF43.
A travers des engagements de solidarité et des objectifs environnementaux, leur établissement valorise des initiatives qui facilitent le développement personnel et la prise de responsabilité des plus jeunes.
Revenus à l’école un mercredi matin pour l’occasion, nos quatre élèves de CM ont pu en témoigner concrètement. Ils ont évoqué leurs actions pour la nature avec la haie gourmande, l’hôtel à insectes, le compost ou encore leur chasse au gaspillage d’énergie. Ils ont également raconté comment ils découvraient la solidarité en apprenant à jouer ensemble ou à partager la table avec les plus petits. Le programme Eco-école est un projet qui les amène à être sensibilisés aux enjeux et défis du monde mais surtout à s’engager collectivement.
L’interview aura été une expérience hors du commun pour ces jeunes, et pour l’école, une belle occasion de témoigner de la dynamique audacieuse qui mobilise tous les acteurs de la Communauté éducative : élèves, enseignants, parents mais aussi acteurs du territoire pour ré-enchanter l’école.

Pour rappel, trois établissements catholiques du Cantal sont déjà labellisés éco-école à Aurillac, Murat et Massiac (l’une des plus anciennes de France). Cette année quatre nouveaux établissements sont entrés dans la démarche dont un collège. Nous ne manquerons pas d’en reparler d’autant que les établissements catholiques trouvent là également une manière concrète de répondre à l’appel pressant de l’encyclique Laudato Si du pape François. Cette initiative s’inscrit pleinement dans les objectifs d’engagements solidaires et environnementaux de l’Enseignement catholique du Cantal.

Un grand merci à Marie-Françoise Pétiard pour son interview et à Jean-Jacques Pétiard pour la partie technique.
RCF Puy de Dôme 91.6 FM Clermont-Ferrand
RCF Haute-Loire 101.7 Le Puy en Velay
RCF Cantal 89.4 FM Aurillac

En bonus : l’interview exclusive d’Anne-Laure Alinc, chef d’établissement :
 

Hi ! ¿ Que tal ? Very well, et toi ? Yo también ;)

L’apprentissage des langues étrangères est une belle manière de cultiver la tolérance et de s’ouvrir au monde, et nous sommes tous convaincus que c’est plus facile lorsque l’on a de jeunes oreilles.
A l’école Saint-André à Massiac, c’est l’accueil de deux élèves allophones venues de Madrid en 2014 qui a lancé le projet : apprendre aussi l’espagnol. Déjà sensibilisés à l’anglais par leurs enseignantes à travers le jeu, les chants, les livres jeunesse et des défis interclasses, les élèves s’étaient montrés solidaires des apprentissages en français de leurs nouvelles camarades en apprenant cette autre langue latine. Depuis les classes de CE et CM bénéficient toutes les semaines de l’intervention d’une professeure d’espagnol, Noémie Sousa. Avec le professeur Paul Helm, anglais natif, ils continuent d’être initiés à la langue de Shakespeare.
De leurs côtés, les CM de Saint-Joseph à Saint-Flour sont également familiarisés cette année aux deux langues : par les professeurs d’école pour l’anglais et par la professeure du collège, Virginie Perez, pour l’espagnol. La découverte de l’espagnol se situe en pleine cohérence avec la classe de 6ème bilangue du collège Saint-Joseph. Autant de nouveaux espaces sur des cultures, des accents et des mots proches et différents à la fois.

S’ouvrir à l’international par l’apprentissage des langues étrangères, voilà une jolie manière de réenchanter l’école avec audace et enthousiasme.

Que font les enseignants pendant les vacances ?

Ils se reposent, sans doute, mais pas seulement. Très souvent, ils préparent également de nouveaux projets pour les élèves. C’est le cas cette semaine pour les enseignantes des écoles Saint-Joseph de Pleaux et Saint-Martin-Valmeroux qui se sont retrouvées pour comprendre la démarche Eco-école et entrer dans la proposition de ce label international en cohérence avec des engagements citoyens, mais aussi, pour nous, avec une dimension spirituelle de foi et les orientations diocésaines de l’Enseignement catholique.
L’école de Saint-Martin a choisi l’alimentation comme thème principal pour cette année suite à la mise en place d’activités pédagogiques « de la terre à l’assiette » : jardinage, installation d’une ruche, partenariat avec des producteurs locaux… L’école de Pleaux a mis l’accent sur les manières de vivre les solidarités depuis plusieurs années : rencontres et partenariats réguliers avec les résidents de la maison de retraite, dispositifs d’aide dans les classes. C’est donc ce thème qu’elle prendra pour valoriser son savoir-faire.

Des émotions à apprivoiser

Parce qu’elle occupe un poste de maitre E et qu’elle est sophrologue en fin de formation, Evelyne Cellarier met ses compétences et son recul au service des élèves qu’elle côtoie. Ainsi lorsque l’une de ses collègues lui fait part de la difficulté des enfants à s’exprimer devant le groupe classe, elle leur permet dans un premier temps d’exprimer leurs émotions :
Je sens un peu de honte… T
J’ai peur quand je présente quelque chose devant la classe, surtout avant de commencer. E

Moi, j’ai peur qu’on se moque de moi, quand je présente quelque chose. L
Moi, j’ai le cœur qui bat vite ! A
Je suis devenue toute rouge, je parlais vite et mon cœur battait très fort. L
Je suis devenu tout rouge, je connaissais mon texte par cœur mais à cause du stress j’ai oublié mes mots… T
Cette approche est en parfaite cohérence avec les textes d’Education Morale et Civique : Il n’y a pas de conscience morale qui ne s’émeuve, ne s’enthousiasme ou ne s’indigne. L’éducation à la sensibilité vise à mieux connaître et identifier ses sentiments et émotions, à les mettre en mots et à les discuter, et à mieux comprendre ceux d’autrui…. De son côté, l’enseignante affirme « qu’une émotion a besoin d’être exprimée… et d’être accompagnée dans sa « vivance ».  Les émotions nous traversent en permanence, elles nous chahutent… nous déstabilisent… semblent ingérables et pourtant -pour peu que nous puissions les identifier en mettant des mots sur ce que nous ressentons dans notre cœur, dans notre tête, dans tout le reste de notre corps – nous parvenons à une certaine régulation. Au-delà de cette régulation, c’est aussi les émotions de l’autre que je peux percevoir, comprendre et respecter. Ce faisant, je peux alors développer des sentiments d’empathie pour cet autre qui au fond n’est pas si différent de moi. » Pour accompagner les émotions, elle met en place quelques activités:

  • En passant par  le  corps

C’est d’abord une reconnexion à son corps. Le corps devient alors un objet de concentration :

– Exercices d’ancrage et d’enracinement pour s’installer dans le présent : être là,  ici et maintenant, dans son corps, et prendre sa place ; cette place que l’enfant occupe par sa simple présence, cette place qui est la sienne.
– Exercices de respiration qui dynamisent le corps à l’inspire et détendent le corps à l’expire. L’enfant repère dans son corps, les mouvements de sa respiration :

  • Il respire profondément deux ou trois fois et écoute ce qui se passe en lui. Qu’est ce qui bouge quand on respire ?
  • Il refait l’expérience en fermant les yeux pour s’isoler quelques instants du monde extérieur et percevoir ce qui se passe en lui plus finement.
  • Puis d’autres exercices ludiques lui sont alors proposés comme l’exercice de la flamme, de la plume, de la paille…
  • Enfin l’enfant met une intentionnalité dans sa respiration : « J’inspire ce que j’aime… et j’expire ce qui me fait peur, me gêne, m’empêche d’avancer… »

– Exercices dynamiques qui permettent de mettre le corps sous tension douce, puis, de  mettre le corps au repos ainsi l’enfant perçoit ces deux états. Il perçoit la différence entre ces deux états et reconnaît aisément celui dans lequel il se sent le mieux. Il apprend à être à l’écoute de lui-même et s’entraîne à percevoir de plus en plus finement ce qui se passe en lui. Il  prend conscience des signaux envoyés par le corps et peut ainsi reconnaître et accompagner une émotion lorsque celle- ci apparait.

  • En passant par les visualisations

– Evocation d’un lieu ressource, un endroit où l’on se sent bien
– Mise en place d’un geste signal, un réflexe de relaxation

Ces quelques pistes présentées ci-dessus, pourront aider les enfants à se découvrir, à développer la confiance en eux-mêmes, à prendre de la distance face aux événements et à entretenir des relations apaisées avec les personnes qui les entourent. Dotés de tous ces outils, ils apprivoiseront leurs émotions, ils pourront surmonter leurs peurs, tempérer leur colère, apaiser leur tristesse et communiquer leur joie !
Merci à cette enseignante pour ce témoignage qui invite au développement intégral de la personne inscrit dans la dynamique d’action de l’Enseignement catholique du Cantal.

Est-ce que ça compte dans la note ?

Durant mon 2eme mois au collège, notre prof nous a donné un petit examen-surprise. J’étais collégien consciencieux et j’ai répondu aisément à toutes les questions, jusqu’à ce que je lise la dernière.
« Quel est le prénom de la femme de ménage de l’école ? »
Il s’agissait certainement d’une blague. Je l’avais rencontrée plusieurs fois. Elle était grande, cheveux foncés et dans la cinquantaine, mais comment j’aurais pu savoir son nom ? J’ai remis ma copie en laissant la dernière question sans réponse.
Juste avant la fin du cours, un élève a demandé si la dernière question comptait sur la note de l’examen. « Absolument – a répondu le prof- durant vos carrières, vous allez rencontrer beaucoup de gens. Ils sont tous importants. Ils méritent tous votre attention et vos soins, même s’il s’agit simplement d’un soutien et d’un bonjour. »
Je n’ai jamais oublié cette leçon. 
J’ai aussi appris que la femme de ménage s’appelait Camille.

Extrait de « En route vers Pâques, Carême des jeunes 2018« 

Nos portes s’ouvrent pour vous accueillir

Mis en avant

L’Enseignement catholique du Cantal vous invite aux portes ouvertes de ses écoles, collèges, lycées et post-bac tout au long des mois à venir. A ces occasions les équipes enseignantes et éducatives, les parents d’élèves et les jeunes eux-mêmes auront la joie de vous faire découvrir ce qui les anime au travers des parcours pédagogiques, travaux d’élèves et filières. Ils vous présenteront leurs projets inscrits dans la dynamique d’action de l’Enseignement catholique du Cantal qui permet de valoriser les initiatives touchant au développement intégral de la personne et à sa prise de responsabilité à travers des engagements de solidarité et des objectifs environnementaux (Développement durable). C’est ainsi que l’ensemble des communautés éducatives du Cantal ré-enchantent l’école. 

En cliquant sur l’image, découvrez les dates des portes ouvertes de tous les établissements catholiques du Cantal. Ci-dessous, les prochaines invitations :

MAI

Samedi 12 mai :
Ecole Saint-Joseph à PLEAUX. Activités-jeux pour tous les enfants dans le « pré » de l’école. Présentation d’un diaporama : les activités de l’année et le photorama de la classe de mer qui aura eu lieu fin avril 2018. Buffet-apéritif offert et servi par l’APEL.

Samedi 19 mai :
Ecole St jean et collège Ste flore à MAURS. De 9h à 13h. Animations d’ateliers pédagogiques par les élèves et enseignants, présentations des parcours pédagogiques.

Samedi 26 mai :
LEAP St Joseph à MAURS. De 9h à 13h30. Animations d’ateliers pédagogiques par les élèves et enseignants.

Sainte-Flore allie patrimoine et sport

Fin janvier, les élèves de la classe de 4ème du collège Sainte-Flore à Maurs ont participé à leur journée de « Découverte du Lioran » organisée par le Conseil Général. A cette occasion, ils se sont vus expliquer le fonctionnement de la station et présenter les différents acteurs et engins qui l’organisent. Pisteurs et moniteurs ont pris en charge les élèves afin de les sensibiliser aux conduites à risques en montagne et de leur donner leurs premiers cours de ski ; une aubaine pour certains élèves qui n’ont pas l’occasion de se rendre régulièrement dans la station locale. L’après-midi, activités libres, ski ou patinoire, étaient encadrées par les enseignants du collège. Grâce à cette manifestation, les élèves ont pu redécouvrir la station, déjà en partie visitée en septembre dernier lors de la randonnée de leur journée d’intégration, mais cette fois-ci avec un nouveau décor.
Une journée réussie, qui confirme l’engouement des élèves du collège pour le sport local, puisque le 12 janvier, 37 élèves ont assisté à la rencontre de rugby Stade Aurillacois Cantal Auvergne – Soyaux Angoulême XV. A cette occasion, 8 d’entre-eux qui s’étaient illustrés en futsal UNSS ont eu la chance d’être ramasseurs de balles et de pouvoir rencontrer les joueurs après le match. Une belle dynamique sportive de la part des élèves, qui s’illustre encore un peu plus par l’augmentation du nombre de licenciés à l’Association Sportive du collège.

Un projet fab…uleux

Pour bien préparer le passage au collège, de nombreux établissements proposent des temps communs d’animation en classe de 6ème pour les élèves de CM. Ce fut le cas des enfants de Saint-Joseph à Pleaux qui se sont déplacés au collège Notre Dame des Miracles à Mauriac avant les vacances de février. Les élèves ont d’abord rencontré leurs homologues de l’école Notre Dame et leur maîtresse Catherine Barthélémy avant de rejoindre le collège. Là, des élèves de 6eme ont accueillis ceux de CM par une saynète du Médecin malgré lui de Molière. Encadrés par le professeur de français, Madame Lolivier, tous les élèves ont ensuite relu la fable du Corbeau et du Renard et redéfini les caractéristiques du genre littéraire. Ils n’ont pas manqué d’imagination quand il leur a été proposé dans un deuxième temps d’écrire une suite fabuleuse pour ce confiant renard… qui s’est fait dérober à son tour le fromage par un plus rusé que lui…

Une belle expérience pour rassurer les futurs collégiens et leur permettre dès à présent de découvrir les locaux et l’organisation du secondaire.

S’ouvrir à l’autre : un collège sans portable

Permettre aux enfants d’échanger, de se connaître, de jouer, de rêver ensemble… de beaux objectifs pour grandir et se développer pleinement. Mais comment s’ouvrir à l’autre si on a les yeux fixés sur le téléphone portable toute la journée ?

Le collège Notre-Dame des Miracles à Mauriac a décidé de prendre le sujet au sérieux et a mis en place un dispositif qui fonctionne depuis 2014. Cette année-là, Patrick Halilou, professeur d’EPS, a proposé que les élèves posent leurs portables le matin en arrivant en cours. Il a été suivi dans sa démarche par l’ensemble de la communauté éducative de l’établissement. Cette décision avait également pour objectif d’éviter les problèmes liés à la circulation de photos et les risques éventuels de harcèlement.
L’organisation est simple : chaque matin, les portables sont récupérés et mis en lieu sûr. Les élèves les reprennent en fin de journée. Les règles sont claires et connues de tous. Si des jeunes ne jouent pas le jeu et les gardent dans leurs cartables, une sanction est prévue (retenue, confiscation …).
Les réactions ont été unanimes et les collégiens ont rapidement adopté cette initiative qui leur permet de se remettre en contact direct avec leurs camarades de classe. Leurs parents, quant à eux, se sont montrés très favorables, certains ont même remercié l’établissement de l’avoir mise en place.

Ré-enchanter l’école… c’est la volonté affichée des établissements de l’Enseignement Catholique du Cantal. Les communautés éducatives déploient et valorisent des initiatives qui touchent au développement intégral du jeune et à sa prise de responsabilité.

Montre-moi ton école -8 : Sacré-Coeur

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quatorze enfants m’accompagnent ce jour-là pour la visite guidée de l’école du Sacré-Cœur à Riom-es-Montagne. Ils devront bientôt se transformer en meneurs d’enquête, car personne ne sait comment se nomme ce drôle de cactus qui fleurit l’hiver. Et vous, qu’auriez-vous dit ? La réponse bientôt en commentaire par les élèves…

En attendant, n’oubliez pas vos chaussons s’il neige dehors.

Cécile V.