Déconstruisons les préjugés sur les migrants

La troisième édition du Petit guide  Lutter contre les préjugés sur les migrants de la Cimade a été mise à jour et entièrement remaniée. Elle est encore plus accessible, pour jouer avec nos représentations, et susciter curiosité et réflexions. Repensé sur un mode interactif, ce Petit guide laisse la part belle aux données emblématiques et aux illustrations. Un soin particulier a été porté aux sources, récentes et clairement identifiées à chaque fois (Nations-unies, Eurostat, Insee, Banque mondiale).

Au sommaire :

  • Petit lexique pour commencer
  • Je migre, tu migres, il ou elle migre
  • J’ai le droit, tu as le droit, il ou elle a le droit
  • Je travaille, tu travailles, il ou elle travaille
  • Je suis, tu es, il ou elle est
  • Nous sommes

Et tout cela sous forme de pastilles : Vrai ou faux ? Le saviez vous ? Halte aux idées reçues ! On l’oublie souvent… Le guide en ligne 

Et voilà la quatrième !

Après St André à Massiac, l’Externat de l’Enfant Jésus à Aurillac et Notre-Dame-des-Oliviers à Murat, voici l’école Notre Dame à St Flour qui entre dans la danse des éco-écoles labellisées. Pour rappel, il s’agit d’un label international qui valide chaque année les établissements primaires ou secondaires dont la communauté éducative s’est investie avec les élèves sur un thème du développement durable pour agir collectivement et de manière visible.
Le programme favorise une réflexion de proximité pour les élèves et les enseignants qui entrent en partenariat avec les parents d’élèves, élus locaux et associations pour travailler sur des thèmes prioritaires : les déchets, l’eau, l’énergie, l’alimentation, la biodiversité, la solidarité, la santé, le climat… Pour obtenir la labellisation, sept points sont à mettre en oeuvre : former un comité de suivi, mener un diagnostic, imaginer des solutions et passer à l’action, mesurer et valoriser les résultats, établir des liens avec le programme scolaire, impliquer toute l’école et la communauté, s’engager avec créativité.
Félicitations aux élèves de ces établissements et à leurs éducateurs qui ont ainsi trouver leurs voies pour réenchanter l’école parmi les 655 éco-établissements scolaires de France.

Cant’al’audace, le monde change

Voici en images le résultat de la mobilisation collective des établissements de l’Enseignement catholique lors de la SEDD, Semaine Européenne du Développement Durable 2018.
Une semaine solidaire et environnementale, au cœur des enjeux du monde, qui a favorisé l’engagement et la prise de responsabilité des jeunes.

Des livres et vous : libérez-les de l’oubli

Il y a trois ans, l’école Saint André à Massiac se mettait à la page en installant une boite à livres sur la place du village. Aujourd’hui, c’est au tour de l’école Notre Dame à Saint-Flour de proposer le partage d’ouvrages que l’on a aimés puis parfois oubliés sur les étagères. Comme l’explique Isabelle Thieulon, directrice, c‘est pour combiner développement durable et large diffusion du savoir que deux boites à livres ont été installées dans le hall de l’entrée de l’école, l’une pour enfants, l’autre pour adultes. Le principe reste le même partout : livre-service pour les lecteurs intéressés qui prennent, déposent, échangent… à leur convenance.
Que l’on ne croit pas cependant que l’école incite ses élèves à rester enfermer à l’intérieur car non seulement, il est toujours possible de lire dehors, mais l’école a participé cette année à la journée mondiale  « école en plein air » le 17 mai dernier. Ce sont autant d’engagements audacieux des élèves et de la communauté éducative pour réenchanter l’école par des projets de solidarité et de respect de l’environnement.

On en parle dans ECA : la force de la pensée sur les objets !

Nous l’avions évoqué, l’article vient d’arriver dans vos boites aux lettres si vous êtes abonnés à ECA (Actualité Enseignement Catholique). Sinon, voici les deux pages intérieures qui concernent le projet audacieux et dynamisant du collège Sacré-Cœur à Riom-es-Montagne. Il a été retenu pour la journée nationale de l’innovation organisée à Paris par le Ministère de l’Education Nationale en avril dernier.
Cliquer sur l’image pour lire l’article.

Quand l’intergénérationnel ouvre à l’international

C’est à l’occasion des Temps d’Activités Périscolaires que les CP et CE de l’école Notre Dame à Saint-Flour ont rencontré Paulette, Denise, Odette et Aimé, résidents d’une maison de retraite de proximité. Tandis que deux enfants ont interprété « L’oiseau et l’enfant », l’une des ainés, franco-américaine, a discuté en anglais avec les écoliers et a même appelé son petit-fils à New-York. Les enfants étaient très fiers d’échanger ainsi au téléphone ! Quelques larmes de joie ont marqué les échanges et le gouter. Les enfants et les personnes âgées ont décidé qu’ils joueraient aux dames lors de leur prochaine rencontre. Un engagement des élèves qui leur permet de s’impliquer dans des projets de découverte de la diversité et de la solidarité pour réenchanter l’école !

Voir l’avenir en verres durs…

Ça y est, ils sont arrivés ! Ces éco-cups là, nous ont demandé beaucoup de remaniements visuels et d’ajustements aux commandes grimpantes, mais le résultat est au rendez-vous. Proposé à tous les établissements d’Auvergne par la commission EUDES*, écrit pas la pastorale 63, dessiné par Bruno Verger prof à St Géraud (Aurillac), parrainé par l’APEL académique… le projet vient d’aboutir pour 20000 verres en plastique dur, lavables et non fragiles, qui pourront servir les breuvages festifs des écoles… en verres et contre tous ceux qui sont jetables !
En plus d’une phrase humoristique, le graphisme rappelle une citation du pape François (encyclique Laudato Si) « Le fait de réutiliser quelque chose au lieu de le jeter rapidement parce qu’on est animé par de profondes motivations, peut être un acte d’amour exprimant notre dignité ». Ce projet s’inscrit tout naturellement dans l’Audace pour réenchanter l’école portée par tous les établissements catholiques du Cantal qui promeut la solidarité et le respect de l’environnement comme priorités éducatives en cohérence avec les enjeux de notre temps et les valeurs de l’Eglise.

*Education à l’Universel, au Développement et à l’Engagement Solidaire
PS : Evidemment, si vous utilisez des verres en verre, c’est encore plus vert !

Bel élan de solidarité au collège Sainte-Flore à Maurs

C’est un nouvel exemple réussi du réenchantement de l’école de l’Enseignement catholique du Cantal que viennent de vivre les délégués de classe du Collège Sainte-Flore à Maurs. Juste avant les vacances de printemps, ils ont remis au Secours Catholique les fruits d’une collecte organisée auprès de leurs camarades. Ayant réuni de nombreux jeux, livres et vêtements pour enfants, les collégiens ont voulu marquer leur solidarité envers les plus démunis et construire une nouvelle étape de leur Parcours Citoyen.
Les bénévoles du Secours catholique les ont reçu autour d’un goûter pour les remercier de leur engagement solidaire, et les délégués sont repartis repus et chargés d’œufs en chocolat à partager à leurs camarades !
A leur tour, les élèves auront à cœur d’accueillir les bénévoles lors des portes ouvertes du collège le 2 juin ; elles montreront comment l’école peut être lieu d’apprentissage, d’expérience et d’exemplarité pour les jeunes. 

Partenariat Conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario (CA) et directions diocésaines d’Auvergne

Depuis une semaine une délégation des DDEC Auvergne vit au rythme canadien, parmi eux, Isabelle Thieulon, chef d’établissement de l’école Notre Dame à Saint-Flour et Didier Ferry, directeur diocésain du Cantal. Après un premier contact début novembre en France avec nos amis ontariens de la communauté francophone catholique, il a été décidé de signer une entente qui aurait comme objectif de « développer un ensemble d’activités éducatives et de faciliter les échanges et le partage de ressources pédagogiques, d’expériences, de connaissances et de stratégies d’enseignement et d’apprentissage ». C’est chose faite cette nuit (avec le décalage horaire). Détails du partenariat.
Pour rappel, l’Ontario est la Province la plus peuplée du Canada. Elle jouxte le Québec et 3 à 4% de sa population est francophone (550000 personnes). La communauté francophone a le droit aux écoles et aux conseils scolaires en français, institutions gérées par les Franco-Ontariens eux-mêmes. C’est donc avec six de ces conseils, catholiques, que le partenariat est mis en place. L’école Notre-Dame à Saint-Flour est donc déjà prête pour inventer un futur commun. Celle de Externat de l’Enfant-Jésus à Aurillac a également fait une demande pour collaborer avec ses élèves en vue d’échanges culturels franco-canadiens fructueux.

A entendre aussi sur Radio-Canada.
A voir sur la chaine du diocèse

Des enfants de maternelle engagés pour la nature

Sensibles à la beauté de la nature, les élèves de GS à Gerbert-Aurillac et leur maitresse Geneviève Montourcy, mettent en oeuvre de nombreux projets pour protéger notre planète et devenir éco-responsables. Depuis quatre ans par exemple, ils sont points de collectes publiques de produits pour lesquels il n’existe pas de solutions locales : outils d’écriture, emballages et barquettes de gâteaux, emballages de produits d’entretien, dosettes de boissons chaudes. Les familles des élèves s’investissent dans la proposition ce qui permet de recevoir en retour quelques financements pour des projets : achat d’un composteur, horloge aux cris d’animaux…
Cette année, le programme de collecte a été plus audacieux puisque, répondant à des suggestions de familles extérieures, l’école a demandé à quatre grandes surfaces l’autorisation de déposer certaines de leurs boites de recyclage dans leurs halls d’entrée. Et ça marche ! Une volonté de s’ouvrir sur l’extérieur et de montrer les engagements environnementaux de l’établissement très efficace.
Leurs convictions, ces jeunes élèves les partagent volontiers aussi avec les autres classes de primaire et de 6ème. Ils n’hésitent pas à leur proposer une « conférence »  pour exprimer les mises en place et enjeux des programmes de tri. Quel défi pour ces maternelles de se montrer ambassadeurs d’un engagement fort porté par toute l’école qui les responsabilise à part entière puisque que, comme la maitresse le constate, il y a moins de papier de gouter sur le sol de la cour.

« Accomplir le devoir de sauvegarder la création par de petites actions quotidiennes est très noble, et il est merveilleux que l’éducation soit capable de les susciter jusqu’à en faire un style de vie. » Pape François, Laudato Si