La belle Eglise Verte !

Vous savez maintenant ce qu’est une Eco-école et peut-être même avez-vous envie d’entrer dans son programme dynamisant… Mais savez-vous que vous allez aussi pouvoir être soutenus et soutenir votre paroisse dans une démarche similaire ? Le label Eglise Verte s’adresse aux Eglises chrétiennes de France via leurs communautés locales pour favoriser leur conversion… écologique et relier engagement et foi chrétienne de manière visible à la suite de l’encyclique Laudato Si.
Cet outil est porté par la Conférence des Evêques, la Fédération Protestante et le Conseil des Églises Chrétiennes en France. Le CCFD-Terre solidaire, le Secours Catholique, le CERAS … contribueront également à sa  mise en place.
Le label sera officiellement lancé le 16 septembre. La date n’est pas un hasard. Elle se situe dans la période où les Eglises sont invitées à célébrer la Création : du 1er septembre au 4 octobre (fête de St François d’Assise pour les Catholiques). Une bonne façon de débuter l’année scolaire, de construire une proposition de foi et d’initier de nouveaux projets environnementaux comme le suggère le projet diocésain. Des précisions et suggestions dans le document Temps de la Création

Du bon usage du règlement intérieur

Dans les dernières réunions de l’année ou dans les toutes premières, il n’est pas rare que le règlement intérieur soit l’objet de discussion. Le SGEC fait le point sur le sujet (cliquer sur l’image pour accéder au document) :

Le Comité national de l’enseignement catholique du 30 juin 2017 a adopté la version finalisée d’un texte sur les règlements intérieurs des établissements visant à repréciser les procédures, à les mettre en adéquation avec le droit général comme avec les fondamentaux de l’École catholique. Le tout afin de faciliter l’adhésion des élèves et des familles.
Les faits attestent, non d’une recrudescence des manquements au règlement intérieur des établissements, mais d’une difficulté croissante à en faire comprendre et appliquer les dispositions et d’une multiplication des situations de crispation avec certaines familles.
Nombre de situations n’appellent que de simples rappels à l’ordre, d’autres au contraire nécessitent la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire. On peut certes le déplorer, mais il est plus indispensable d’adopter les justes attitudes et, sans exagération, de veiller à une certaine rigueur en la matière, et à un respect de plusieurs règles élémentaires, en l’absence desquelles les décisions risquent d’être mal perçues, voire inefficaces.
Il s’agit tout spécialement d’articuler le règlement intérieur avec ce qui caractérise toute école catholique : un projet éducatif, autour duquel est rassemblée une communauté éducative, l’un et l’autre placés sous la responsabilité du chef d’établissement (cf. art 115 Statut EC). Le tout irrigué par la pensée sociale de l’Église.
Article complet sur le site national de l’Enseignement Catholique : https://enseignement-catholique.fr/du-bon-usage-du-reglement-interieur/ 

Newsletter nationale n°15

Ecouter pour bien s’entendre, tel est sans doute le lien entre tous ses articles :
mises en place d’équipes ressources locales du ré-enchantement pour écouter les murmures pédagogiques qui bruissent dans les diocèses, témoignage d’une proposition à tendre l’oreille pour oser le bonheur,  projet solidaire en établissement pour ré-écouter battre le cœur d’un jeune garçon, polyphonie en lycée industriel pour vivre à l’unisson, ou encore rendez-vous annuel d’une communauté éducative bien décidée à s’entendre… De quoi être tout-ouïe.

Quel est l’âge de votre chef d’établissement ?

chiffres ECLes révélations du premier avril… ou plutôt celles du SGEC (Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique) :

Si votre chef d’établissement est un homme, il est né en 1958, et vous êtes sans doute dans le second degré. Si c’est une femme, alors vous êtes concerné par le primaire et elle est née en 1962. Il ou elle a en tout cas moins de 6 ans d’ancienneté et travaille dans un établissement sous tutelle diocésaine.

Madame, si vous-même êtes professeure, vous enseignez sans conteste en primaire et avouons-le, vous avez 42,6 ans. Réjouissez-vous dans le secondaire, vous auriez eu 45 ans !

Monsieur, bien qu’espèce rare, vous avez choisi le second degré pour exercer. Ce qui fait que vous êtes probablement certifié ou agrégé.

Vous payez 4,47€ la cantine du petit dernier en maternelle. Il est sans doute en Île de France, mais lorsqu’il aura atteint les années post-bac ou celles de l’enseignement agricole, il ira plutôt dans l’académie de Rennes. Quant à vous, si votre académie évolue très positivement dans ses effectifs, c’est que vous habitez à Saint Pierre et Miquelon…

Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé n’est pas pure coïncidence. A vous de voir si autre chose vous ressemble dans la boule de cristal des statistiques sur le site national !