Des émotions à apprivoiser

Parce qu’elle occupe un poste de maitre E et qu’elle est sophrologue en fin de formation, Evelyne Cellarier met ses compétences et son recul au service des élèves qu’elle côtoie. Ainsi lorsque l’une de ses collègues lui fait part de la difficulté des enfants à s’exprimer devant le groupe classe, elle leur permet dans un premier temps d’exprimer leurs émotions :
Je sens un peu de honte… T
J’ai peur quand je présente quelque chose devant la classe, surtout avant de commencer. E

Moi, j’ai peur qu’on se moque de moi, quand je présente quelque chose. L
Moi, j’ai le cœur qui bat vite ! A
Je suis devenue toute rouge, je parlais vite et mon cœur battait très fort. L
Je suis devenu tout rouge, je connaissais mon texte par cœur mais à cause du stress j’ai oublié mes mots… T
Cette approche est en parfaite cohérence avec les textes d’Education Morale et Civique : Il n’y a pas de conscience morale qui ne s’émeuve, ne s’enthousiasme ou ne s’indigne. L’éducation à la sensibilité vise à mieux connaître et identifier ses sentiments et émotions, à les mettre en mots et à les discuter, et à mieux comprendre ceux d’autrui…. De son côté, l’enseignante affirme « qu’une émotion a besoin d’être exprimée… et d’être accompagnée dans sa « vivance ».  Les émotions nous traversent en permanence, elles nous chahutent… nous déstabilisent… semblent ingérables et pourtant -pour peu que nous puissions les identifier en mettant des mots sur ce que nous ressentons dans notre cœur, dans notre tête, dans tout le reste de notre corps – nous parvenons à une certaine régulation. Au-delà de cette régulation, c’est aussi les émotions de l’autre que je peux percevoir, comprendre et respecter. Ce faisant, je peux alors développer des sentiments d’empathie pour cet autre qui au fond n’est pas si différent de moi. » Pour accompagner les émotions, elle met en place quelques activités:

  • En passant par  le  corps

C’est d’abord une reconnexion à son corps. Le corps devient alors un objet de concentration :

– Exercices d’ancrage et d’enracinement pour s’installer dans le présent : être là,  ici et maintenant, dans son corps, et prendre sa place ; cette place que l’enfant occupe par sa simple présence, cette place qui est la sienne.
– Exercices de respiration qui dynamisent le corps à l’inspire et détendent le corps à l’expire. L’enfant repère dans son corps, les mouvements de sa respiration :

  • Il respire profondément deux ou trois fois et écoute ce qui se passe en lui. Qu’est ce qui bouge quand on respire ?
  • Il refait l’expérience en fermant les yeux pour s’isoler quelques instants du monde extérieur et percevoir ce qui se passe en lui plus finement.
  • Puis d’autres exercices ludiques lui sont alors proposés comme l’exercice de la flamme, de la plume, de la paille…
  • Enfin l’enfant met une intentionnalité dans sa respiration : « J’inspire ce que j’aime… et j’expire ce qui me fait peur, me gêne, m’empêche d’avancer… »

– Exercices dynamiques qui permettent de mettre le corps sous tension douce, puis, de  mettre le corps au repos ainsi l’enfant perçoit ces deux états. Il perçoit la différence entre ces deux états et reconnaît aisément celui dans lequel il se sent le mieux. Il apprend à être à l’écoute de lui-même et s’entraîne à percevoir de plus en plus finement ce qui se passe en lui. Il  prend conscience des signaux envoyés par le corps et peut ainsi reconnaître et accompagner une émotion lorsque celle- ci apparait.

  • En passant par les visualisations

– Evocation d’un lieu ressource, un endroit où l’on se sent bien
– Mise en place d’un geste signal, un réflexe de relaxation

Ces quelques pistes présentées ci-dessus, pourront aider les enfants à se découvrir, à développer la confiance en eux-mêmes, à prendre de la distance face aux événements et à entretenir des relations apaisées avec les personnes qui les entourent. Dotés de tous ces outils, ils apprivoiseront leurs émotions, ils pourront surmonter leurs peurs, tempérer leur colère, apaiser leur tristesse et communiquer leur joie !
Merci à cette enseignante pour ce témoignage qui invite au développement intégral de la personne inscrit dans la dynamique d’action de l’Enseignement catholique du Cantal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s